Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Echangeur de Kagbelen : reprise effective mais provisoire des travaux

Après un arrêt dû à une grève des travailleurs en fin de semaine dernière, les activités ont effectivement repris sur le chantier de l’échangeur de Kagbélen. Le constat a été fait par Guineenews ce jeudi 26 mai  sur le site dudit chantier.

C’est sans doute un ouf de soulagement pour le ministre des Infrastructures et des Travaux publics qui n’a pas caché son inquiétude face à cette grève «arrivée au mauvais moment», avec la saison pluvieuse qui s’annonce. En tout cas, les travaux ont repris en attendant la suite des négociations.

Sur terrain, en cette matinée de début de saison pluvieuse dont la fraîcheur contraste avec la température réputée chaude à Conakry et environs, une visite guidée conduite par le chef du site de Kagbelen, Soufiane Keïta, nous permet de faire le tour du chantier. Les ouvriers sont visiblement actifs, les ferrailleurs et tuyauteurs étant particulièrement à la tâche sur partie déjà élevée du côté ouest du pont.

De l’autre côté,  une pelleteuse conduite par un chinois transporte de la terre d’un point à l’autre, sur une distance de 20 à 25 mètres environ. A côté, notre guide approche un ouvrier en tenue de ville, sans équipement de protection personnel (Epi). Il se peut qu’il soit parmi les nombreux autres vus dans cet état, parce qu’ayant perdu ou revendu leurs équipements, selon les explications données par M. Keïta. Ce qui s’explique par le fait que les Epi ne sont exigés par l’employeur, bien qu’obligatoire sur les chantiers en Guinée.  Au micro de Guineenews, celui que son chef appelle affectueusement fory (grand frère en langue locale Soussou), confirme que «le travail a repris». Même si, précise-t-il, «nous attendons la suite des négociations, dans l’espoir que nos conditions de travail s’améliorent». Comme pour dire qu’un autre débrayage n’est pas à exclure si rien n’est fait.

Pour rappel,  le collectif des travailleurs de la société CEBITECH ont déclenché un mouvement de grève, le vendredi 20 mai, suite un préavis adressé à la direction générale de ladite société le 9 mai, soit après les  jours légaux prévus en la matière. « Cette action souhaite attirer votre attention sur les faits suivants: non-respect des engagements,  les sanctions pécuniaires, le non-paiement des indemnités, la non déclaration des travailleurs à la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), la non prise en charge médicale, le non-respect du temps de travail, l’entrave à la liberté syndicale ».

Un mouvement de grève, intervenu moins d’une semaine après un protocole d’accord partiel signé d’une part, entre la direction générale de la société et les travailleurs appuyés par l’union générale des travailleurs de Guinée (USTG) et d’autre part l’inspection générale du travail.

Nous y reviendrons

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :