Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Transition en Guinée : le parti de Dalein agite le chiffon rouge des manifestations 

Ce samedi 28 mai, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a tenu sa première assemblée après la convocation annoncée de son président à la Cour de répression des infractions économique et financière (CRIEF).

Et comme on pouvait s’y attendre, le ton a monté d’un cran à l’endroit du CNRD même si le sujet n’a pas été particulièrement abordé dans la communication des premiers responsables du parti. On s’achemine un peu plus encore vers la confrontation entre la classe politique, notamment l’UFDG et la junte au pouvoir. C’est donc sans surprise que le parti dirigé par Cellou Dalein Diallo a montré ses muscles en agitant le chiffon rouge des manifestations politiques qui restent, pour le moment, interdites par la junte.

Dans la communication de l’ancien député Cellou Baldé, on a d’ailleurs l’impression qu’il ne s’agit pas que des surenchères. «…La coordination nationale des fédérations de l’intérieur étaient en mission au niveau des structures à la base. Avec pour seul objectif, la remobilisation des militants dans la perspective du renforcement des acquis démocratiques et de l’Etat de droit qui passe inéluctablement par la reprise des manifestations sur les voies et places publiques », informe-t-il. Et d’expliquer : « …pendant 9 mois d’observation, nous sommes arrivés à la conclusion que le CNRD est devenu un courant politique pour ne pas dire un parti politique. En lieu et place des acteurs politiques, ils sont dans de velléités claires de rester au pouvoir aussi longtemps que cela se peut se faire et de se substituer à eux-mêmes. Donc, quand nous avons suivi tous les actes posés par le CNRD notamment les violations récurrentes de la charte de la transition, que ce soit pendant la mise en place du CNT, que ce soit pour la mise en place d’un cadre de concertation en lieu et place d’un cadre de dialogue que nous avons réclamé conformément à l’article 77… Nous sommes arrivés à une conclusion qu’avec le CNRD, l’affrontement avec le peuple de Guinée est inévitable. C’est évident ! », martèle Cellou Baldé.

A sa suite, Abdoulaye Bah, évoque la discipline du parti, rappelant les textes qui le régissent, sans doute en lien avec Ousmane Gaoual qu’il n’a tout de même pas nommé. Avant d’aborder la question des manifestations politiques, il a appelé les militants de l’UFDG à se mobiliser.

 «… Le jour où la direction nationale et le groupe des 58 (…) demanderont que nous sortions pour montrer au CNRD que la Guinée n’est pas une propriété privée familiale… que la Guinée est un pays qui appartient aux Guinéens et aux Guinéennes. Que la Haute Guinée soit prête, que la Basse Guinée soit prête, que la Guinée Forestière soit prête, que la Moyenne Guinée soit prête. En tout cas, nous allons décider, le moment venu, de manifester et de demander que la démocratie soit respectée dans ce pays. »

Clôturant les discours, le vice-président et président de la séance, Dr Fodé Oussou Fofana n’a pas été aussi caustique. Il a même tendu la main au président de la junte à un moment donné en ces termes : « si le colonel Doumbouya, revient autour de la table (…), il peut trouver en l’UFDG un partenaire ». Mais il a avertira :  « s’il reste dans la même position, en écoutant les autres, il trouvera l’UFDG devant lui. » Avant lancer un appel à la mobilisation, en prélude aux éventuelles manifestations.

« Quant à vous, militants, vous avez suivi le discours de Cellou. Préparez-vous. Soyez prêts. Restez à l’écoute de la direction nationale …». Comme pour dire que pour la reprise des manifestations politiques, il n’est qu’une question de jour. Bien que cette dernière soit encore interdite par le CNRD.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...