Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

3ème vague de Covid-19 : l’ANSS tire la sonnette d’alarme et confirme l’efficacité du vaccin

Après la présence confirmée des variants de Coronavirus en Guinée, tout porte à croire que la troisième vague qui était tant redoutée n’épargne finalement pas le pays. Pour preuve, les dernières statistiques figurent parmi les plus élevées sur le continent et dans la sous régions ouest-africaine.

En coanimant une conférence de presse animée par l’ANSS ce mercredi 4 août à Conakry, Dr Konan Kouamé Jean, Responsable renforcement système santé à l’OMS Guinée, a tenté d’apporter, à propos, quels éclaircissements. «Lorsqu’on prend la région ouest-africaine, la Guinée est un peu en avant (…). Le taux de transmission commence à monter. Donc, il faut prêter une attention particulière. Alors qu’en ce qui concerne les pays qui ont une tendance à la hausse, dans la région africaine, il y a 24 pays et la Guinée fait partie de ces 24 pays », a indiqué Dr Kouamé.

De côté, Dr Sakoba Kéita a attiré l’attention de l’opinion sur l’ampleur du Covid-19 qui serait en train de faire beaucoup de victimes au sein et en dehors des CTEPI. «Aujourd’hui, la Croix-Rouge m’a dit que parmi les décédés, 45% sont de Covid-19. Et ceux-là n’arrivent même pas aux CTEPI», révèle le conférencier.

Dans la même lancée, Dr Sakoba prévient : « l’ANSS a peur du syndrome tunisien où il y a 200  et quelque morts par jour, et c’est l’armée qui y est obligée de venir aider les services de santé, avec des problèmes de lit, d’oxygène. Les moyens ne sont pas illimités. La Tunisie est plus riche que la Guinée. Si la Tunisie a été débordée alors que nous avons le même nombre de populations, si on ne prévient pas en sensibilisant les gens pour qu’ils prennent le vaccin afin qu’on évite ce nombre de morts…» Puis d’ajouter: «le Sénégal à côté est à 1300 mort. »

L’efficacité du vaccin

À lire aussi

Pour faire face à cette autre urgence sanitaire particulièrement alarmante, le vaccin semble être la solution, au moins pour amortir le coup. En tout cas, selon Dr Sakoba , «une étude montre que les gens vaccinés résistent mieux à cette maladie que les non-vaccinés. La plupart des gens vaccinées, leur séjour aux CTEPI n’excède pas dix jours, ils deviennent négatifs… J’ai demandé à un de mes agents d’aller voir les morts par suite de Covid durant le mois de juillet. Il a examiné 46 dossiers, des gens qui sont morts à Gbessia, pour voir leur statut vaccinal. Sur les 46, il n’y a que deux qui étaient vaccinés. Les 44 autres n’étaient pas vaccinés et les deux aussi avaient d’autres maladies qui ont diminué leur résistance. Ce qui prouve que la vaccination est un élément qui pourra nous protéger… »

Dans la foulée de cette confirmation, le DG de l’ANSS a annoncé :  «le gouvernement guinéen, en collaboration avec les partenaires, a déjà pris certaines dispositions ». Avant de poursuivre : « je vous parlerai de l’arrivée des vaccins ce mois d’août qui est un mois de croisière compte tenu de la poussée de la troisième vague. On s’attend à 186 mille doses Pfizer dans les trois semaines, un don de l’ambassade des Etats Unis. En plus, il y a un achat de 1 600 000 doses de vaccin Sinopharm en vue dont les premières 300 000 doses arrivent demain à Conakry. Nous avons négocié aussi avec certaines banques dont Afriximbank pour pouvoir nous livrer 2 600 000 doses de Jhonson & Jhonson et la Banque mondiale pour 2 300 000 doses (toujours de Jhonson and Jhonson). Ce qui fait un total de 4 700 000 doses .»

Un total de 6 686 000 doses, avec lequel, « on peut vacciner 5 793 000 personnes, soit 46%  (de la population) », projette-t-il. Et d’ajouter que «si tous ces vaccins qui sont promis arrivent, on est sûr qu’au 31 décembres, la Guinée pourra couvrir 46% la moyenne nationale. Un seuil qui pourrait être dépassé en ce qui concerne la capitale, «parce qu’on a toujours vacciné Conakry plus que certaines préfectures éloignées».

En attendant, le conférencier conseille d’observer les mesures barrières.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...