Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Portrait du futur PM: Attention aux terminologies et aux pièges de carriéristes 

Dans l’attente du gouvernement de la transition, le profil duPremier ministre alimente les débats dans la cité. Pendant que certains vendent l’idée d’un technocrate sous prétexte de neutralité, d’autres militent pour quelqu’un qui a fait preuve d’engagement et dans le combat sociopolitique, arguant que les technocrates sont de carriéristes qui ont souvent eu un silence coupable pendant que le pays était à feu et sang.

Le directeur du Centre d’analyse et d’études stratégiques en Guinée semble plutôt pour la seconde catégorie, même s’il n’a pas voulu prendre ouvertement position. La question a été posée à Aliou Barry dans l’émission Sans Concession de Guineenews ce mardi.  «C’est même une erreur de parler de technocrate et de politique », entame-t-il.

Dans ses explications, l’activiste des droits de l’homme «…pense que le CNRD devrait dire, je nomme un Premier ministre en fonction des objectifs de la transition ». Et de poursuivre, en ces termes : « si on dit que le rôle de la transition, c’est d’organiser des élections propres, il faudra mettre en place quelqu’un qui connaît ce terrain et qui peut dialoguer avec les différents partis politiques. Si on veut lutter contre la corruption, … »

Dans la même lancée, «je pense que le CNRD devrait d’abord faire le profil du futur Premier ministre en fonction des objectifs qu’eux-mêmes se sont fixés », suggère-t-il. Et d’aligner les iinterrogations: « quel est le profil d’un technocrate?  Est-ce quelqu’un qui a des diplômes qui a travaillé à l’international ou dans la fonction publique guinéenne ? Est-ce que le politique c’est quelqu’un qui a milité longtemps dans les partis?”

Avant de répondre que : « je pense qu’il appartiendra au CNRD de définir le profil en fonction de ce qu’ils veulent ». S’interrogeant encore, « est-ce c’est de réconcilier les Guinéens, organiser des élections ?»

Mais même si l’ancien agent de l’armée française se pose des questions sur le profil du futur locataire du palais de la colombe, pour lui, « en tout cas il y a un critère qui est fondamental à mon avis, il faudra absolument que ce soit quelqu’un qui connaisse parfaitement le terrain, c’est-à-dire ce qui se passe en Guinée. Qu’il soit maintenant technocrate, ou politique ».

En plus de ce critère essentiel, aux yeux du consultant, le chef du Gouvernement de la transition devrait aussi avoir « la probité morale » et le courage qui lui permet d’être capable «…de se mettre en face du Colonel Doumbouya,  et lui dire, vous avez pris cette décision, avec les preuves que je vous apporte, je ne suis pas d’accord et ce n’est pas bon pour le pays…»

Des qualités qui risquent de manquer à un «technocrate carriériste » qui a fermé les yeux sur la mauvaise gestion politique et économique de ce pays.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...