Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Kindia: aliments non protégés, une situation très préoccupante en ce début d’hivernage 

Les questions d’hygiène alimentaire se posent avec acuité à Kindia ce mois de ramadan mais aussi en ce début des  grandes pluies. Des quartiers aux marchés, plusieurs personnes se livrent expressément à la vente d’aliments non protégés. Et pourtant cet état de fait est perçu par bon nombre de citoyens comme l’une des causes de la propagation de maladies diarrhéiques, a-t-on constaté sur place.
Pour mettre un terme à ces agissements quelque peu inciviques, les autorités doivent prendre les dispositions, afin de mettre de l’ordre dans cette pratique.
L’exposition à ciel ouvert de ces aliments de grande consommation tels que les pains, les galettes, des bananes et manques cuites, des boulettes, des brochettes et autres à la merci des mouches à longueur de journée dans nos différents marchés et autres lieux publiques inquiète de nombreux citoyens. Et jusqu’ici, aucune mesure n’interdit ce commerce.
« La situation de nos aliments non-couverts qui se vendent au marché est très préoccupante pour beaucoup de citoyens. C’est un facteur qui propage toutes sortes de maladies. Si vous prenez le pain, les galettes, des bananes, des patates et des manques cuites tout cela on les achète et on les consomme comme tel sans les laver et cela nous donne beaucoup qu’on ne peut dénombrer.Par rapport à cette situation, la population en est en partie responsable. Parce que nous voyons des mangues non-couvertes et nous les achetons pour les manger. Nous ne faisons rien pour que ces vendeurs couvrent leurs aliments et cela se passe au vu et au su de tout le monde sans aucune réaction, ni du côté de la population ni du côté des autorités », réagit Salif Camara, un consommateur.
Ce constat est aussi visible dans certaines boulangeries traditionnelles ou certains boulangers sans hésitation manipulent la farine avec la main et le pied. A cela s’ajoutent des sueurs qui dégagent des odeurs nauséabondes. Et Mamady Keita de dire, « nous achetons
même des aliments qui sont manipulés par les mains qui ne sont pas nettoyées. »
« La main qui reçoit l’argent, c’est la même qui est là en train de gratter dans les cheveux, qu’on plonge dans le nez et puis dans les mêmes notre manger qu’on consomme. Nous sommes en train de nous donner des maladies sans le savoir », a-t-il déploré.
D’après Sogbé Mady Diané, secrétaire général chargé des affaires administratives de la commune urbaine, il y aura très bientôt la mise en place d’une équipe qui se chargera de veiller et d’appliquer les mesures devant amener les commerçants, vendeurs à protéger ou à couvrir leurs aliments destinés à la consommation. Ils doivent aussi éviter l’exposition des aliments de grande consommation, a-t-il déclaré le secrétaire général de la commune urbaine, car selon lui ces facteurs constituent des moyens de propagation des maladies diarrhéiques.
La préservation de la santé doit être aujourd’hui un cheval de bataille pour tous les citoyens. Les autorités quant à elles doivent être sur toutes les lignes de front, pour mettre fin à la vente des aliments non protégés, surtout en ces moments de la pandémie covid19.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...