Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Examens nationaux : le ministre Bano dénonce et annonce de nouvelles mesures

Le ministre guinéen de l’Education nationale et de l’Alphabétisation -Men-A était l’invité ce mercredi 11 août de l’émission Mirador de Fim Fm.  Bano Barry a évoqué avec les chroniqueurs de cette émission les problèmes liés à l’organisation des différents examens nationaux.

Désormais, prévient l’ancien vice-recteur chargé des études à l’Université de Sonfonia, la fraude doit être sévèrement sanctionnée pour le grand bonheur du système éducatif guinéen. « Tous ceux qui vont se prêter à ce jeu (fraude, ndlr), ils seront mis hors d’état de nuire », a-t-il affirmé.

« Je m’adresse directement aux surveillants. Je vous regarde en fac, puisque pour l’essentiel, les surveillants des examens au niveau du baccalauréat sont des enseignants du primaire. Je peux solliciter du président de la république, une amélioration de votre prime. Mais si j’arrive à la conclusion l’année prochaine que vous n’êtes pas sérieux, je n’ai aucune obligation de vous utiliser pour surveiller. J’éliminerai tout enseignant du primaire dans la surveillance du baccalauréat. Je le dis solennellement je n’accepterais pas les faux arguments pour fausser et détruire le système éducatif guinéen », a-t-il prévenu

Poursuivant, le ministre Bano Barry est revenu sur la sanction prise contre ceux qui ont été éliminés à la surveillance des examens nationaux : “ On ne peut pas aller au-delà des textes qui existent. Les textes c’est l’exclusion des examens à venir. Mais je dis, nous allons réviser les règlements généraux pendant ces vacances là pour qu’il soit en phase avec la réalité nouvelle. Car, les règlements que nous avons sont du temps de Kozo Zoumanigui où il y avait les deux baccalauréats”.

À lire aussi

Guinée : « La Révolution des Esprits »

Transition : les calculs à courte vue de Dalein ?

Pr Bano Barry a aussi dénoncé “le choix des centres d’examen”. Selon lui, le Département “s’est rendu compte que dans le choix, il y a déjà la fraude. Certains des centres d’examen choisis sont inaccessibles, difficilement surveillables dans des zones où pratiquement l’école se trouve à l’intérieur d’un quartier populaire enclavé.”

 Désormais, prévient-il, “le choix des centres d’examen ne relèvera pas des DPE. C’est la dernière année qu’ils choisiront un centre d’examen. Les centres d’examen seront choisis par le service examen, c’est lui qui est en charge des examens, et nous ne choisirons un centre qu’en fonction de la capacité de ce centre d’être surveillé. Tout centre d’examen qui ne répond pas aux normes et il y aura une mission qui va valider chaque centre d’examen”.

Autre chose constatée par le Département, c’est le manque de “feuilles d’examen”. “On calcule le nombre de candidats. On majore de 20% et les responsables du matériel au niveau des DCE ou des DPE pour nous dire qu’il y a des manques de feuilles d’examen. On a fait obtenu des informations parce qu’on avait un dispositif infiltrant le système pour collecter les informations. On s’est rendu compte que la feuille d’examen est vendue à 50 000 GNF. Cette feuille d’examen permet en réalité de traiter le sujet et de trouver moyen de substituer la copie à l’intérieur de la salle de classe soit par les surveillants soit au niveau du secrétariat.

Alors, je puis vous dire que les feuilles d’examen de l’année prochaine, vous ne pouvez pas les vendre. Et si vous les vendez, elles ne serviront à rien. (…) Si vous faite le cowboy, je vais faire le con de bow parce que je n’accepterais pas la fraude dans le système éducatif le mandat ”, a-t-il conclu.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...