Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Gouvernance du CNRD: « j’ai bien peur qu’aucun de ses chantiers n’aboutisse », dixit Mohamed Tall, de l’UFR

Le développement que tous les Guinéens appellent de leurs vœux, passe nécessairement par le retour à l’ordre constitutionnel. Cette position est celle défendue par Mohamed Tall, directeur de cabinet du président de l’Union des forces républicaines (UFR) invité à porter son regard sur la gestion de la transition en cours dans l’émission « Sans Concession » de Guineenews.

A écouter l’ancien ministre de l’Elevage, les autorités de la transition risquent de se perdre en chemin à force de se disperser. Sans remettre en cause la bonne foi de la junte, à propos des questions de gouvernance (crimes économiques et problèmes fonciers), Mohamed Tall estime que «si on continue à s’occuper des problèmes qu’on crée, soi-même, on en finira jamais parce qu’on n’en créera toujours.»

Poursuivant, l’invité de « Sans Concession » pense que «…qu’il y a trop de chantiers qu’on ouvre en même temps ». Et d’expliquer que « les capacités (sont limitées), aussi bien ressources humaines qu’en ressources financières ». Et d’ajouter que «ce qui doit être vraiment la priorité des priorités, c’est comment créer une dynamique pour aller vers les élections ». « Ça me paraît fondamental », insiste-t-il. Précisant de passage que « c’est sans préjuger de l’importance des autres dossiers qui sont en cours et des chantiers qu’on ouvre tous les jours ».

Plus loin, argumente M. Tall, au début (septembre), « les deux dossiers dont on parlait le plus, c’était les audits d’une part et tout ce qui était lié aux crimes de sang. Aujourd’hui, le second sujet est passé aux oubliettes. On n’en parle plus, donc on ouvre plein de chantiers et j’ai bien peur qu’aucun de ces chantiers n’aboutisse. C’est pour cela que j’invite le CNRD, tout en essayant de faire de son mieux sur les autres sujets, de mettre au cœur de ses préoccupations, le retour à l’ordre constitutionnel, parce que c’est fondamental pour notre pays ». Et de persister «qu’il faut qu’on retourne à l’ordre constitutionnel pour espérer un développement économique…»

À lire aussi

Dans cette logique, ajoute-t-il, «je voudrai inviter l’ensemble des acteurs publics à plus de responsabilité, à plus de vigilance. Et surtout, au CNRD, à mettre la Guinée au-dessus de tout ». Sans oublier que «…lorsque les militaires arrivent au pouvoir, ce n’est pas seulement vrai en Guinée, c’est vrai un peu partout, lorsqu’un régime militaire s’installe, c’est vrai qu’il n’y a pas envie de partir, c’est vrai, ça se comprend ». Or, pour l’invité de « Sans Concession », « pour l’intérêt de la Guinée et des Guinéens,  je pense qu’il est important de commencer à évoquer les vraies questions qui devraient constituer les priorités pour toute transition. Je veux parler des questions électorales ».

En tout cas, prévient-il, «il y a énormément de difficultés en Guinée, mais, croyez-moi, on ne pourra pas prétendre les résoudre tant qu’on n’aura pas tous les instruments, tant qu’on ne suscitera pas suffisamment de confiances, et tant qu’on n’aura pas suffisamment d’appui pour le faire ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :