Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Concours d’accès à la fonction publique : le ministre Yombouno parle des innovations en cours

Annoncé dans la foulée de la mise en place du gouvernement, le recrutement prévu à la fonction publique se fait encore attendre. Mais à en croire le ministre de tutelle, c’est un retard qui s’explique par le sérieux et la rigueur qui caractérisent la procédure qui en cours.

Interrogé dans l’émission « Sans Concession » de Guinéenews ce vendredi 18 février, le ministre Julien Yombouno aborde le sujet avec philosophie. « Vous savez, il y a ce qu’on projette et ce qui arrive en cours de chemin », entame-t-il. Avant de confier : « on avait voulu que le concours soit organisé avant la fin du premier trimestre. Malheureusement, les outils de départ qui étaient censés être en place, par exemple une plateforme de recrutement, les plans de recrutement par ministère, avec un tableau de besoins précis par profil, par poste, par spécialité…’’

Poursuivant, sur fond de regret, il indique : « nous avons cru qu’au moins chaque ministère avait cet outil qui doit être mis à jour rapidement à chaque fois que c’est nécessaire. Malheureusement, il n’y avait rien de tout cela. Donc, on a dû développer des outils notamment le tableau des besoins, émettre des lettres avec des explications claires, définir les besoins de recrutement. Ce travail préalable fait, nous avons fait une communication en conseil interministériel qui a été validée en Conseil des Ministres. » Et de promettre : « maintenant, nous n’allons pas faire les choses comme par le passé. C’est-à-dire qu’il y a des choses qui ont été faites.  C’est vrai ! Mais en ce qui concerne le concours, à maints égards, ce n’était pas toujours bien organisé comme on l’aurait souhaité dans la transparence. »

Dans la même logique, confie monsieur Yombouno, ‘’cette fois-ci, il a été demandé à chaque ministère de dire s’il a des besoins, de faire un tableau de besoin bien expliqué… avec précision. Le 22 de ce mois au plus tard (mardi prochain), il a été demandé que chaque ministère de nous transmettre son plan de concours à lui. Sur cette base, nous allons organiser les concours à la carte. C’est-à-dire selon les besoins de chaque ministère avec l’essentiel du travail qui va être logé au sein de chaque ministère. Nous, nous serons là comme facilitateurs. Parce que chaque ministère sait en réalité ce qu’il veut (…) ce n’est plus un concours trop centralisé. »

Une procédure qui, si elle s’appliquait, pourrait permettre d’éviter aux futures nouvelles recrues d’être enrôlées de façon hasardeuse.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :