Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Salambandé/Mali : les citoyens opposés à la présence des gendarmes dans leur localité pour diverses raisons

Ce sont trois agents de la gendarmerie routière de Labé qui ont été obligés de rebrousser chemin ce jeudi 3 novembre 2022, dès leur arrivée au poste de contrôle de la sous-préfecture de Salambandé situé à 105 km de Labé. Ils ont été menacés par la population locale suite à « des bavures commises par leurs collègues » postés au pont de Dimma relevant du district de Koyah. La cohabitation est devenue presqu’impossible entre les agents de la gendarmerie routière postés au pont Dimma et la population locale.
Les faits remontent le 28 octobre dernier, lorsqu’une altercation a éclaté entre les agents et 2 jeunes de la localité. Selon nos informations, ce sont les nommés Alpha Oumar Keita et le communal Amadou Oury Koulibaly qui ont été blessés par d’as agents au poste de contrôle routier de Dimma.
Le nommé Alpha Oumar Keita, en partance pour Balaki a été arrêté par les agents pour le contrôle car « on lui soupçonne de consommation de chanvre indien. Après vérification, il serait dans les normes et que l’on a voulu lui soutirer de l’argent sous prétexte qu’il trafique du chanvre indien. Une chose qu’il n’aurait pas accepté et la bagarre a éclaté entre lui et l’agent. Cet ainsi, selon notre informateur basé à Koyah, un autre agent est venu au secours de son ami qui aurait mordu le jeune Alpha Oumar Keita.
Le communal, chef de secteur de Dimma, Amadou Oury Koulibaly est venu pour la médiation qui a reçu un coup sanglant à la tête de la part d’un gendarme qui a estimé « que Amadou Oury est intervenu en faveur du motard ».
Informé aux environs de 23 heures, le sous-préfet de Salambandé lieutenant Moussa Camara s’est rendu sur les lieux accompagné du président du district de Koyah. Après négociation, « les deux jeunes blessés ont été pris en charge par les autorités et les trois gendarmes ont été sommés de quitter ce poste de police ».
Dans la journée de ce jeudi 3 novembre, alors que la population locale était mobilisée dans une cérémonie de mariage à Koyah, les gens ont appris le retour des agents sur le lieu. Les jeunes ont vite réagi avec des menaces afin de montrer « leur désapprobation à la présence des gendarmes à ce poste de contrôle » mentionné ci-haut. Les jeunes de Koyah, avec l’accord de la notabilité ont saisi le sous-préfet de Salambandé, du refus total de la population de recevoir désormais un barrage de contrôle de la gendarmerie dans leur localité. Et cela, en raison de plusieurs cas de violences physiques et d’extorsion d’argent exercés sur les usagers de la route et les citoyens de Koyah dont les gendarmes seraient responsables.
Selon nos informations, en attendant la médiation des autorités de Mali, tous les agents de ce poste de contrôle ont été sommés d’accepter de quitter les lieux.
Pour rappel, ce district avait été perquisitionné au mois de juillet dernier pour avoir organisé une battue. Et qui a conduit à la fuite de l’ancien président de district et son conseil vers le Sénégal.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...