Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Que s’est-il passé avec les employés d’EurAfrique ? Le procureur Alpha Sény donne sa version des faits…

Dans un communiqué qu’il a fait parvenir à Guinéenews, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kaloum donne sa version des faits sur l’embarquement d’un véhicule qui aurait coûté la prison à cinq employés de la société EurAfrique.

Selon le procureur, dans la matinée de ce mardi 1er juin, une grue de la société EURAfrique a embarqué le véhicule de monsieur Ismaël Nabé, juge d’instruction au tribunal de première instance de Kaloum. Le motif ? Il serait en stationnement irrégulier sur la chaussée longeant la devanture du tribunal. « Ainsi, lorsque les agents de la société en question ont entrepris l’enlèvement du véhicule, les constatations suivantes ont été relevées : le  véhicule dont il  est question,  qui  n’est  pas  celui  du  Procureur de  la République, n’était pas en stationnement irrégulier ; il  a été sollicité et obtenu de cette société de ne pas procéder à l’enlèvement de n’importe quel véhicule sur cette artère, en raison de l’affluence qu’on y vit, par le stationnement des véhicules des magistrats, avocats, huissiers et autres justiciables qui viennent pour des procédures », indique le procureur. Et de poursuivre : «pour cette cause, car c’en est une, le parquet du TPI de Kaloum, a imposé un sens unique sur l’artère de 7 heures à  18 heures. Les gardes pénitentiaires, en service au TPI de Kaloum, ont demandé aux agents de la société EURAfrique de ne pas enlever le véhicule qui était pourtant bien stationné, mais aussi avec la précision que celui-ci appartient à un Magistrat du tribunal. Malgré l’insistance des agents pénitentiaires, les agents de la société n’ont pas obtempéré. Le véhicule a finalement été embarqué, de force.»

Alpha Seny Camara indique que  l’un des gardes pénitentiaires, du fait des agents de la société, a été victime « de violences, de voies de fait, d’injures publiques, et de blessures ». Les mêmes agents auraient également commis un outrage à magistrat dans l’exercice de leurs  fonctions. « Les témoins de ce spectacle sont légion, et dans les locaux et alentours du TPI de Kaloum… De ce qui précède, il y avait lieu pour le parquet d’envisager, d’égal droit et de devoir, des mesures à la hauteur des faits répréhensibles, constitutifs des infractions de violences, de voies de fait, de coups et blessures volontaires, d’injures publiques et d’outrage à Magistrat dans l’exercice de ses fonctions », indique le procureur.

« Violences », « voies de fait »,  « injures publiques », « blessures », « outrage à magistrat », le procureur accuse également les agents d’Eurafrique d’inconduite à nulle part pareille. Des comportements qui lui paraissent excessifs et révoltant. «  Au titre des réactions en pareille circonstance, et par devoir, le parquet a instruit à la Compagnie Gendarmerie Nationale de Kaloum de procéder à des enquêtes et dresser procès-verbal. A ce niveau, des mesures de garde à vue ont été entreprises à l’égard des personnes mises en cause, ce qui est légal, le parquet ne trouve donc aucun inconvénient à ladite mesure », explique le parquetier dans son communiqué.

Alpha Seny Camara indique que le mercredi 02 juin 2021, un procès-verbal d’enquête de flagrance a été transmis à son parquet avec les mis en cause. « La procédure suit son cours normal, conformément à la loi », informe le procureur.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte En savoir