Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Quatuor : Le coup de barre de la Cored (Éditorial)

Le retrait de la Cored du « quatuor », révèle au grand jour l’envers du décor de ce regroupement hétéroclite de partis politiques, hostiles à la junte militaire au pouvoir depuis le 05 septembre 2021. L’alliance de Mamadou Sylla justifie son coup de barre par la condescendance, dont son leader serait victime de la part de ses alliés. Et que la coupe en était maintenant assez pleine, pour crier haro sur le baudet.

Le retrait de la Convergence pour la renaissance de la démocratie en Guinée (Cored) du quatuor politique, continue d’alimenter la chronique dans le landerneau politique.

Une décision qui fait suite à un tweet protestataire du président de l’Union des forces républicaines (Ufr), Sidya Touré, reniant le titre de coordinateur du quatuor à son collègue Mamadou Sylla. Motivant par ce fait le rejet systématique du courrier du Premier ministre adressé à ce cénacle politique, dans le cadre de la mise en place de la plateforme de dialogue inclusif.

Dans une réponse du berger à la bergère, la Cored fait part de son effarement face à cette réaction épidermique de M. Sidya Touré. Qui aurait péché par sa boursouflure d’égo. Chose qui ne serait d’ailleurs pas une première pour l’ancien Premier ministre, qui aurait toujours regardé de haut le milliardaire de Dixinn Bora. Mamadou Sylla met cela sur le compte des rivalités politiques. En ce sens que les deux leaders, originaires de la préfecture de Boké, auraient en partage le même vivier électoral.

Comme le dit l’adage, « il n’y a pas de place pour deux crocodiles dans un même marigot ». De là à parler d’une haine fratricide inexpiable, digne d’une tragédie grecque, Mamadou Sylla a vite fait de franchir le pas.

Dans la déclaration dont elle s’est fendue à cet effet, pour déverser sa colère, la Cored déplore que tous les sacrifices consentis par son alliance soient ainsi passés par pertes et profits. Alors que son président serait le seul leader représentatif du quatuor, présent sur place en Guinée, en train de mouiller son caftan. A la merci des baïonnettes d’une junte « imprévisible ». Traînant par devers lui deux inculpations.

Pendant que Cellou et Sidya vivent un exil doré. Loin de ce capharnaüm.

Mamadou Sylla pense qu’il est temps de prendre son destin en main. Et qu’il ne serait plus question d’avaler davantage de couleuvres au sein de ce quatuor. Lui, a besoin d’avancer. Cette fine lame politique sait saisir le vent.

On ne serait donc pas surpris de le voir autour de la table de dialogue. Pendant que ses pairs du quatuor eux, continuent de rechigner à répondre à la main tendue du gouvernement.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...