Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

L’armée au pouvoir à Conakry: Sorel Keïta du CTG ne se contente pas d’avoir eu raison  

Parmi les opposants au troisième mandant d’Alpha Condé, le Collectif pour la transition en Guinée, a réagi à la prise du pouvoir par les militaires hier à Conakry. Sorel Keïta, président du CTG, joint par Guineenews explique ce qui arrive au président déchus avant de préconiser des solutions pour l’avenir.

Si pour le président du CTG  «les images sont terribles, quel que soit ce qu’on pense d’Alpha Condé, c’est tragique de voir cette fin de règne qu’hélas nous avons annoncée », il précise que «nous  ne sommes surpris de ce qui se passe actuellement en Guinée … ». Et d’expliquer que « vous le savez, votre organe est témoin que nous n’avons eu de de cesse de dénoncer les dérives dictatoriales de ce régime, coupable quand même d’avoir pris en otage et violenté tout un peuple ». Ajoutant que «nous avons dénoncé un certain nombre de dysfonctionnement et à cet égard ».

Ce réquisitoire fait, au CTG «nous prenons acte que le CNRD partage le même constat que nous », citant entre autre «le disfonctionnement des institutions par l’instrumentalisation de la justice, par la pauvreté, la corruption endémique ». Puis, de rappeler qu’«ils ont dit aussi, et ça c’est important pour nous, qu’il faut que les Guinéens s’engagent dans un sursaut citoyen ».

Pour la suite, «nous, nous avons toujours dit que peuple doit s’engager comme un seul homme pour un véritable changement ». Et « là-dessus, nous sommes ravis », réagit-il, faisant toujours allusion au discours du président de CNRD.

Mais comme pour dire qu’il ne signe pas un chèque en blanc aux nouveaux hommes forts, «maintenant, les paroles c’est bien, mais nous attendons des actes précis», fait-il savoir. Puis, de préciser que «nous espérons donc que cette transition soit une transition inclusive et pacifique. Qu’elle rassemble toutes les forces vives et les forces politiques du pays pour permettre à ce pays de se retrouver avec lui-même. Que ses meilleurs enfants soit au chevet, comme on l’a toujours dit au CTG, de ce pays malade pour panser ses plaies et repartir sur de bonnes bases pour mettre un véritable état de droit… »

Insistant, le président du CTG estime «qu’il est temps qu’après cette histoire longue, jalonnée de violences, de drames et d’injustices que la Guinée sorte de l’ornière ».

Un autre point de convergence avec le CNRD qui appelle à la concertation pour une gestion inclusive du pays.

Thierno Souleymane en collaboration avec Liz Sylla

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...