Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

La RTG, de Boulbinet à Koloma : ce qui a manqué dans l’approche d’Aboubacar Sylla

La mise en service de la RTG Koloma en 2006 a toujours été brandie comme un ‘’trophée de guerre’’ par le ministre Aboubacar Sylla. En tout cas, l’ancien ministre de l’Information ne boude jamais le plaisir de citer cet exemple parmi ses faits d’armes en tant qu’ancien ministre de tutelle de ce média de services publics. Sauf qu’avec le recul, sa démarche d’alors montre certaines limites.

Quinze ans après l’exploit réussi par Aboubacar Sylla, son collègue et successeur indirect au même ministère, Amara Somparé donne une autre lecture sur le transfert de la RTG de Boulbinet à Koloma. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’à entendre l’actuel ministre de l’Information, le déménagement ‘’réussi’’ n’est que la face visible de l’iceberg.

Tout au moins, il y avait mieux à faire. Dans l’émission ‘’Sans Concession’’ de Guineenews, le ministre Somparé déclaré : «… Lorsque le bâtiment de Koloma a été réalisé et donné à la Guinée, les autorités de l’époque avaient envisagé de faire transférer toute la RTG de Boulbinet à Koloma. Donc dès le départ, le bâtiment de Koloma n’a pas été pensé comme une structure additionnelle qui venait s’ajouter à la RTG historique. Mais plutôt comme une structure de remplacement comme une structure de substitution. Donc la RTG Boulbinet a été carrément laissée pour compte en termes d’entretien, d’investissements infrastructurels… »

 Et de préciser : « …je vous parle de 2006. Aujourd’hui, nous sommes 15 ans plus tard sans investissements, sans maintenance réelle. Alors voilà la situation dont j’ai héritée… »

Pourrait-on s’attendre à une autre situation si l’approche était différente ?

 Le ministre Somparé répond sans hésiter : « je le pense sincèrement. Vous savez comme moi qu’une maison de radio ou une maison de télé a besoin de moyens, ne serait-ce que pour son entretien (…) Dans le projet de transition numérique, il était intégré une composante qui visait à reconstruire entièrement Boulbinet (…) avec des équipements modernes pour en faire le deuxième éditeur national public, c’est-à-dire la RTG2. »

Une autre lecture qui ne change pas le fait que le déménagement est au compte d’un ministre qui se veut un homme d’action, mais elle démontre qu’il y avait mieux à faire dans le cadre de ce projet.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...