Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Guinée : société civile et syndicat réclament un dialogue inclusif pour sortir de la crise post-électorale

La crise sociopolitique et les interpellations d’opposants consécutives à la présidentielle du 18 octobre, interpellent aujourd’hui des organisations syndicales et de la société civile. Pour sortir le pays de cette impasse sociopolitique, ces deux entités sociales envisagent d’entreprendre des ‘’actions fortes’’ pour un dialogue inclusif.

C’est en prélude de cette initiative que le Conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée (CNOSCG) a rencontré ce mercredi 2 décembre l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG), dirigée par Abdoulaye Sow.

Au sortir de la rencontre, le CNOSCG représenté par son secrétaire national chargé des questions politiques et stratégiques, Doura Aboubacar Koïta a affirmé que la situation actuelle de la Guinée est une réelle source de préoccupation.

 « Il s’agit de prendre les taureaux par les cornes en faisant des propositions de sortie de crise.  Nous allons mener des actions fortes pour permettre à notre pays de sortir de cette instabilité politique. C’est une réelle préoccupation de la société civile. Notre échange avec l’USTG a porté sur tous les volets de la crise sociopolitique de notre pays. Nous envisageons dans les jours à venir de faire un travail sérieux, des documents de réflexion sortiront et des actions fortes seront envisagées », a-t-il annoncé.

Pour l’activiste de la société civile, il s’agit d’une synergie d’action entre toutes les centrales syndicales et les organisations de la société civile du pays : « il sera question de formuler des propositions concrètes et cohérentes pour permettre à notre pays de sortir de la crise. La classe politique semble montrer sa limite dans la gestion de ce que nous sommes en train de traverser actuellement. En clair, nous sortons d’une élection même si la journée du vote a été très calme, qui a connu des violences et qui continue. Il y a une hostilité politique qui ne dit pas son nom. Il y a des divergences énormes sur les questions importantes qui doivent être réglées. Il va falloir sonner la fin de la récréation pour permettre à notre pays de connaître sa stabilité. »

Pour sa part, le secrétaire général de l’USTG, Abdoulaye Sow  a tenté d’expliquer les raisons de leur démarche : « la société civile nous a rencontrés afin qu’on puisse discuter ensemble la situation sociopolitique de notre pays notamment les violences, les grands conflits et les crises postélectorales. Devant ces violences, la gouvernance n’est pas possible. C’est pourquoi il va falloir que tous les acteurs acceptent de mettre la balle à terre pour que la Guinée aille de l’avant. Il a été demandé à toutes les structures de réfléchir, de se référer du passé avant de se projeter dans l’avenir pour que nous puissions reconstruire toute la société civile… »

Lire vidéo:

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...