Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Gestion cavalière de la transition : Etienne Soropogui agite le chiffon rouge des manif politiques

La confrontation entre le CNRD et la soixantaine de partis politiques réunis autour des anciens premiers ministres Cellou Dalein et Sidya Touré semble de plus en plus inévitable. Parmi les signes avant-coureurs, la déclaration faite par ce regroupement politique annonçant  un refus de prendre part aux assises nationales lancées officiellement ce mardi, même si certains responsables de ces formations politiques y ont pris finalement part. La situation est en passe de se corser. 

Invité de l’émission Sans Concession, à Guineenews ce mardi 22 mars, Etienne Soropogui, président du Mouvement nos Valeurs Communes n’en fait aucun mystère. Dans les propos de ce membre de l’ANAD, il ressort une désapprobation de la façon de conduire la transition par le CNRD, doublée d’une détermination à faire changer la donne. Surtout que l’invité de Sans Concession soupçonne la junte d’être dans la logique d’en découdre avec les politiques qui ne lui déroulent pas le tapis.

M. Soropogui l’a dit quand il abordait le sujet de l’audio de l’ancien président Alpha Condé, qui sactiverait à relancer son parti de l’étranger où il est officiellement en séjour médical. «Je crois que le CNRD n’est pas étranger à cela. Et la stratégie, c’est de contrebalancer la puissance qui est en train de se dégager notamment au niveau des 58, même 60 qui se sont mis ensemble et qui vont être rejoints par les amis de la société civile, notamment le FNDC (les Foniké, Koundouno et Ibrahima…», déclare-t-il.

Et de répondre par l’affirmative à la question de savoir si l’information sur la synergie (FNDC-partis politiques) est à prendre au sérieux. « Absolument, on travaille là-dessus, et ça va se mettre en place parce qu’il va falloir canaliser la transition. Il y a un besoin urgent. Et quand tout cela va se mettre, en place, naturellement, de l’autre côté, ils se sont dit qu’il faut commencer à manœuvrer… »

Dans la même lancée, l’ancien commissaire de la CENI (commission électorale nationale indépendante) argumenté que « je connais des gens que j’ai vus sur les photos chez Kassory, ces gens-là, ils n’allaient se mettre à parler de la politique s’ils n’avaient pas la caution du CNRD, ils n’auraient pas ouvert la bouche pour parler de la politique… »

Toujours dans Sans Concession, Etienne Soropogui dit à qui veut l’entendre que les politiques n’hésiteront pas à faire recours aux manifestations politiques si rien n’est fait pour un cadre de dialogue sérieux. Dans la foulée, il informe qu’une déclaration est en préparation au compte de la soixantaine de partis politiques (peut-être moins quelques uns). Un document dans lequel, les formations politiques regroupées autour des ténors comme Dalein et Sidya, formuleront des demandes précises, assorties de délais.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :