Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Fièvre Marburg: quelles sont les différentes recommandations formulées par l’ANSS ?

Vingt et quarte heures après la déclaration de la fièvre de Marburg dans la préfecture de Gueckédou, les autorités sanitaires guinéennes ont eu une réunion de crise à Conakry, ce mardi 10 août à Conakry, avec une cinquantaine de participants, a appris Guineenews.org.

Il a été question à cette rencontre, d’une «proposition d’approfondissement de l’investigation, des  Mesures préventives à prendre, de la redynamisation du CT-Epi de Guéckedou, et de la cartographie des partenaires».

A l’issue des échanges,  dix-sept (17) recommandations ont été formulées à l’occasion, avec des responsabilités attribuées aux structures étatiques ou aux partenaires selon leurs domaines de compétences. Parmi ces recommandations,  il faut noter l’activation du CT-Epi de Gueckédou, avec l’aménagement d’un espace pour l’isolement des cas éventuels. Sous la responsabilité de Médecins sans frontières (MSF), la direction préfectorale de la santé (DPS) et la direction régionale de la santé (DRS) de Nzérékoré.

Il est également prévu la mobilisation « des équipements, médicaments et intrants PCI (prévention et contrôle de l’infection) pour la prise en charge des cas de Marburg» dont la responsabilité revient à l’Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS) et aux partenaires MSF et ALIMA (ONG). Et de « rendre disponible la définition des cas et le protocole de prise en charge des cas ».

Autres actions préconisées, c’est le fait « d’enclencher la recherche écologique du vecteur de la maladie avec une approche One Health », sous la houlette de CDC/AFENET. Aussi, «d’organiser une réunion transfrontalière entre la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria», les trois pays frontaliers qui sont les plus proches de la zone où le cas confirmé a été identifié.

Dans le document, il est aussi question de «faire le point sur les candidats vaccins de la fièvre de Marburg en phase 3 ainsi que sur les Tests de Diagnostic Rapide» sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et CDC. Et «d’assurer la surveillance à base communautaire », sans oublier la communication et la sensibilisation.

Ont pris part à la réunion, des représentant du ministère de la santé, OMS, CDC ATLANTA, AFENET (Réseau africain d’épidémiologie de Terrain), MSF, ALIMA, IDDS, OIM, UPGUI, USAID, la DRS de Nzérékoré, la DPS  de Gueckédou et autres membres du comité de crise préfectorale de Guéckedou.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...