Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Féguifoot : après le retrait annoncé d’Antonio Souaré, les représailles ?

Même si les circonstances des derniers évènements ne trompent pas grand monde quant aux chances de voir Antonio Souaré changer d’avis après la rencontre intervenue hier dimanche au palais Sékoutoureyah, les membres statutaires ne semblent pas avoir dit leur dernier mot. C’est ce que nous inspire l’intervention ce lundi 26 avril du porte-parole desdits membres dans l’émission ‘’Mirador’’ chez nos confrères de Fim Fm. (Photo d’archives)

Jamais une élection à la fédération guinéenne de football (féguifoot) n’aura connu autant de rebondissements. De l’annonce de la candidature de KPC au retrait de celle du président sortant Antonio Souaré en passant par les audiences sur fond de médiation et d’instructions à la présidence de la République.

Cela est d’autant plus vrai que tout porte à croire que le processus en cours ne connaîtra pas son épilogue avec la prochaine décision du futur candidat démissionnaire. Tout au moins, le retrait annoncé du candidat « favori » de la course ne restera pas sans conséquences.

En tout cas, selon le porte-parole des membres statutaires, la journée de ce lundi pourrait être riche en événements. Une réunion prévue à cet effet pourrait voir les membres statutaires discuter de beaucoup d’options. Y compris la possibilité de réouverture les candidatures en vue de donner la possibilité à d’autres aspirants de briguer la présidence de la fédération guinéenne de football. L’autre annonce faite par Mamoudou Dramé concerne une éventuelle sanction contre des acteurs comme Bouba Sampil & Cie… Une sorte de représailles contre ceux par qui le mal de l’actuel patron de la FEGUIFOOT serait arrivé.

Seulement pour la commission électorale, « les candidatures validées restent maintenues ». Si, tempère son président, quelqu’un retire sa candidature, ‘’la commission va prendre acte ».

Quant à la possibilité d’ajourner la tenue des élections, elle n’existerait que par « l’amendement des statuts par les membres statutaires ». Ce qui ne serait matériellement pas possible, laisse entendre Dora Aboubacar Koïta qui, dit-il, reste droit dans ses bottes en dépit des injonctions et autres mises en garde de toutes sortes.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...