Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Comité national des assises : lancement officiel des travaux de la zone spéciale de Conakry

Comme annoncés, les travaux des assises nationales ont débuté, ce lundi 11 avril 2022, sur tout le territoire national et dans les ambassades et consulats guinéens à l’étranger.

Pour ce qui est de la zone spéciale de Conakry et de Kassa, la cérémonie du lancement a eu lieu au gouvernorat de la ville de Conakry, en présence des membres du gouvernement, des dco-présidents, des membres des comités communaux, et des maires des communes.

Dans son discours d’ouverture, le gouverneur de la ville de Conakry se réjouit « des journées de vérité et de pardon prônées par le colonel Mamadi Doumbouya ». Expliquant « qu’il était temps pour l’ensemble des Guinéens de se mettre à table, face à face pour non seulement se parler, parler de tous les problèmes, de tous les mots, de toutes les frustrations, de toutes les privations et de toutes les incompréhensions pour qu’enfin, nous puissions nous pardonner et être unis et prospères ».

Poursuivant, elle rappelle que « nous sommes à un moment de refondation pendant lequel, il est encore possible pour nous de retracer une partie de notre histoire, grâce à la clairvoyance d’un fils de la nation, en l’occurrence, le Colonel Mamadi Doumbouya ». Et de prévenir que « le développement tant attendu par tous ne peut pas se réaliser sans la participation de tous les fils de la nation, car la Guinée nous appartient tous, sans aucune exception ».

A son tour, le Premier ministre, Mohamed Béavogui, exprime d’abord un souhait, celui de voir l’esprit évoqué par le colonel Doumbouya soit repris en main par l’ensemble des Guinéens. Avant de rappeler que « ce qu’il nous demande, c’est de nous réunir, nous rassembler et nous parler dans la paix, conformément à la paix. Ce que nous savons faire dans nos traditions. Ce qu’il nous demande, c’est de nous entendre pour construire la Guinée de demain. Parce que la refondation de ce pays ne se fera par personne d’autre que par nous. Il faut qu’on la fasse dans la concertation, de façon consensuelle, de façon participative et de façon inclusive ». Cela, en regardant notre histoire et l’acceptant dans la fraternité.

Poursuivant, Mohamed Béavogui met en exergue les atouts naturels de la Guinée. « Ce pays est béni de Dieu Nous avons tout ce qu’il nous faut comme ressource, pour ne dépendre de personne. Nous avons tout ce qu’il nous faut de foi islamique et chrétienne pour avancer et faire de notre pays, un beau pays, un pays de paix, un pays où on partage, où on mange bien, on se soigne bien, on s’éduque bien », a-t-il dit.

Ce qui est possible mais pas sans condition, selon le chef du gouvernement. « Pour cela, il faut qu’on se regarde en face, qu’on se dise oui, il y a eu des choses bonnes, mais aussi moins bonne, et il faut en prendre conscience (...) », indique-t-il, invoquant des symboles comme la coïncidence du carême chrétien, d’autres événements chrétiens et le ramadan.

En tout cas, prévient-il, « le CNT, le dialogue politique ne se feront de façon réussie que si nous pouvons nous parler les yeux dans les yeux, tranquillement, sans arrière-pensée. Et c’est ça l’objectif des assises ». Avant de souhaiter « une plate-forme qui nous permette d’avancer, avec des recommandations, des conseils constructifs, à la sortie des assises pour que nous avancions dans la paix, dans le pardon et dans l’unité ».

Prenant la parole, Monseigneur Vincent Koulibaly, co-président du comité des assises, a plaidé pour que les Guinéens acceptent de se parler et de regarder dans la même direction, pour construire ensemble la maison Guinée. Et d’annoncer dans la foulée «la présence les deux missionnaires que le comité national des assises a envoyés pour nous assister dans ce travail des assises. Il s’agit de Hadja Mariama Sow et madame Hawa Diakité », informe-t-il.

La cérémonie a pris fin par des prières formulées par l’imam de la grande mosquée de Conakry, co-président du comité national des assises. Des prières au terme desquelles, les travaux se sont poursuivis avec les comités communaux des assises.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :