Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Aliou Bah, Model : « notre pays est géré à partir de l’antichambre du pouvoir »

Pendant que le combat fait rage autour de la transition et ses interminables rebondissements sur le terrain, c’est le système de gouvernance de la Guinée qui nécessite un diagnostic profond. C’est ce que défend Aliou Bah, président du MoDeL, qui pointe un doigt sur le rôle de l’entourage du chef dans le pays. Dans un texte transmis à Guineenews, M. Bah propose « une réflexion majeure » qui, préconise-t-il « doit se faire sur la structure et le fonctionnement du pouvoir en Guinée. » Lisez 

Comment fonctionne le système qui gouverne la Guinée ?

À observer les pratiques qui ne changent pas malgré le renouvellement des visages au sommet de l’État, on peut se poser ces questions : en réalité, quels sont les véritables décideurs et où se situe le centre du pouvoir politique en Guinée ?

Je n’ai jamais cessé de croire et dire que les ennemis de la bonne marche d’une société ce sont les opportunistes, les populistes, les arrivistes et les médiocres. Cela est valable pour un régime politique normal encore plus pour une transition militaire.

Rien qu’à voir les profils et actes de certains qui parlent et agissent au compte du CNRD, à l’instar des précédentes transitions, on peut en déduire que le piège de son éventuel échec pourrait venir de ses propres rangs. Cette catégorie n’a aucun intérêt à la paix sociale et à la cohésion car l’apaisement est une menace pour leur existence dans le dispositif du pouvoir.

En fait, la Guinée a toujours souffert des nageurs en eaux troubles dont la seule vocation est de créer et entretenir des crises pour un tirer profit. Un “business” très juteux qui est  alimenté par une mafia souterraine dont les parrains rôdent autour de tous les pouvoirs avec une réelle capacité de recyclage et de nuisance.

C’est à comprendre que notre pays est géré à partir de l’antichambre du pouvoir; c’est-à-dire les véritables décideurs agissent loin des regards et utilisent les dirigeants officiels comme des pions qu’ils déplacent au degré de leurs agendas malsains.

Cela s’illustre par certains faits concrets : les intérêts particuliers ont toujours pris le dessus; les préoccupations des populations ne comptent pas; les dirigeants officiels changent mais les pratiques demeurent; les espoirs sont toujours perdus; les événements malheureux se répètent et se ressemblent souvent; les nouveaux qui intègrent le système deviennent progressivement méconnaissables…

En somme, une réflexion majeure doit se faire sur la structure et le fonctionnement du pouvoir en Guinée. Cela nous permettra d’identifier les véritables facteurs de blocage pour envisager des pistes viables de réorganisation de notre pays.

Aliou BAH

Président du MoDeL

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...