GUINEENEWS
Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Affaire des détenus politiques : le ministère de la Justice répond aux accusations des avocats

Le procès des détenus politiques risque de nous livrer une vraie bataille médiatique si ce n’est le cas d’ailleurs. Le pool des avocats qui défend les personnes arrêtées au lendemain de la présidentielle du 18 octobre  a réagi après la libération par la justice le 7 mai d’une trentaine de personnes  détenues depuis six mois pour “motifs non constitués”.

Selon lui, il ne revenait pas au porte-parole du gouvernement, Tibou Kamara, de faire  cette annonce mais plutôt au procureur de la République puisque c’est lui qui accuse. Les avocats voient en cette sortie “une immixtion de l’exécutif dans le judiciaire”. Ce qui est, selon eux, contraire aux valeurs de la démocratie.

Comme il fallait s’y attendre, le Département de la Justice n’est pas resté de marbre.  Dans un communiqué publié mercredi soir, il estime que la lecture du communiqué lu sur les antennes de la télévision par le porte-parole du gouvernement vise juste à améliorer la communication gouvernementale. Poursuivant, il s’est dit “surpis de voir dans certains articles de presse, des réactions faisant état d’une prétendue mainmise de l’exécutif sur le pouvoir judiciaire (…)”.

Pour le Département de la Justice, ce sont “des critiques manifestement infondées [car] toutes les informations fournies par le Porte-parole du gouvernement ont été données par le Procureur de la République au Ministère de la Justice et transmises au gouvernement par  son entremise”.

D’ailleurs, il va plus loin arguant que “aucune règle de droit ne s’oppose à ce que le Porte-parole du gouvernement porte à la connaissance du public de telles informations ne comportant aucune appréciation sur le bien-fondé des charges retenues contre les  personnes mises en cause.”

Enfin, il estime que cette communication du ministre Tibou Kamara est loin d’être “une immixtion de l’exécutif dans les affaires judiciaires, [mais] plutôt du devoir d’information du gouvernement à l’endroit des citoyens.”

Aujourd’hui, force est de constater que dans ce dossier politico-judiciaire, plein de rebondissements, tout acte posé par l’une ou l’autre partie sera scrypté à la loupe.  Et le procès qui pourrait se tenir dans les semaines à venir,  s’annonce houleux.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...