GUINEENEWS
Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Célébration de l’Aïd-el-fitr en Guinée : les ulémas prêchent l’indulgence et la paix

La célébration de l’Aïd-el-fitr s’est déroulée ce jeudi dans la morosité. Les fidèles musulmans ayant observé de façon générale le jeûne dans la galère, à cause de la conjoncture économique, aggravée par la pandémie de Covid19. Pour leur remonter le moral, les imams ont profité de leurs sermons pour prêcher l‘indulgence et la paix. Autant dans la capitale que dans la quasi-totalité des préfectures intérieures.

Célébration de l’Aïd-el-fitr à Boffa : musulmans et chrétiens prient ensemble

Les fidèles musulmans de Boffa à l’instar de leurs coreligionnaires de la Guinée et d’ailleurs ont célébré ce jeudi 13 mai 2021 de la fête de l’aïd-el-fitr  dans le respect des règles barrières, accompagnés de fidèles chrétiens représentés par par leur curé père Marek Walkoss.

Très tôt ce matin les fidèles musulmans, hommes, femmes, les enfants et les ressortissants tous habillés de leurs belles tenues de fête, munis de leurs bavettes, se sont rendus au lieu de la prière aménagé à cet effet, où les autorités préfectorales et communales se sont acquittées de leurs obligations religieuses qui avait démarré à 9 heures 30 mn.

Elle a été dirigée par le premier imam de la grande mosquée de Boffa. Dans son sermon Elhadj Aboubacar Camara a invité ses pairs ainsi que tous les guinéens à l’amour de la patrie, du prochain et au renforcement de tissu social gage certain de tout développement. <<  Les réalités socio- politique et économique du pays doivent nous inspirer, nous devons changer nos comportements quotidiens notamment, l’ethnocentrisme, le communautarisme et l’esprit partisan pour qu’on puisse aller en avant. Chez nous à Boffa tout est prioritaire voir urgent, nous devons marcher ensemble>>,  a t-il exprimé

<< La fête de Ramadan est liée avec les grandes fêtes, c’est pas facile, c’est le moment pour exprimer la joie et je suis venu prier ensemble avec les musulmans, c’est très important. Je représente l’église catholique, donc ça prouve que nous sommes en parfaite collaboration et harmonie, nous adorons le même seigneur. C’est une occasion pour remercier les autorités à tous les niveaux, et les élèves à travers l’accompagnement des autorités à tous les niveaux lors de notre pèlerinage, face à cela nous ne pouvons pas rester comme ça, sans venir vivre ensemble avec eux leur fête. A Boffa les musulmans et chrétiens sont des bons cohabitants depuis des siècles et ça existe toujours>>, a expliqué le curé de Boffa père Marek Walkoss

Pour le préfet de Boffa, le lieutenant colonel Abdourahamane Keita, cette fête est un moment pour Dieu de récompenser les bons Jeûneurs :

<< aujourd’hui c’est un grand jour pour tous les fidèles musulmans que Dieu nous a donné. on a passé trente jours de pénitence, aujourd’hui c’est la fête pour que Dieu récompense les meilleurs jeûneurs et qu’il donne la paix à la Guinée, ainsi qu’il accepte que cette pandémie qui freine l’ économie et le développement de notre pays  quitte dans ce pays et le monde. J’en appelle à la conscience de tous les guinéens de faire le pardon. Tout est urgent dans notre pays, mais ça ne peut pas se passer sans la paix. Quant à la population de Boffa, les gens doivent profiter de ce mois de Ramadan pour sortir et rentrer ensemble. Nous sommes dans le besoin à Boffa, nous avons pas de courant, il y a l’employabilité et il y a beaucoup de choses à faire, parce qu’on a vu les sociétés naitrent, donc ça vient avec les besoins, mais il faut qu’on se patiente.>>,  a t-il souhaité.

Aly Badara Camara

Célébration de l’Aïd-el-fitr à Kérouané: l’Imam prêche la paix et la tolérance entre Guinéens

Les fidèles musulmans de Kérouané tout comme leurs coreligionnaires ont célébré la fête de ramadan ce jeudi 13 mai dans un climat très morose. À la place publique Fassouya au quartier M’balia, c’est l’imam Mohamed Lamine Kébé qui a dirigé la prière.

Dans son sermon, après avoir détaillé l’importance du jeûne pour les musulmans, il n’a pas manqué de rappeler aux fidèles l’importance du respect des leaders de la communauté musulmane et des autorités politiques.  »Cette année n’a pas été comme l’année précédente à cet effet, nous pouvons dire Dieu merci. Nous avons prié dans nos mosquées à l’exception des prières nocturnes qu’on a réalisées dans nos maisons », s’est-il réjoui.

Poursuivant, l’imam Mohamed Lamine Kébé a interpellé les fils et filles à la tolérance, l’acceptation et la paix pour l’intérêt de la Guinée en général et de Kérouané en particulier, et il a terminé par des bénédictions aux illustres disparus et pour le développement de la Guinée.

Par ailleurs, nous avons tenté notre micro à Djiba Konaté et Hadja Sitan Souaré qui n’ont pas tardé à commenter l’aspect économique qui est resté critique dans la plupart des familles, avant de regretter les douloureux événements qui ont embrasé la commune urbaine de Kérouané du 5 au 6 mai dernier, faisant un mort et des blessés.

À noter que si l’engouement est resté frisé dans la cité de Samory Touré, de nombreuses familles se sont associées pour immoler le bœuf pour une gastronomie familiale réussie. 

Mariama Mamady Camara, Kérouané

N’Zérékoré: L’imam appelle les populations  à cultiver le vivre ensemble 

La grande mosquée de N’Zérékoré, a servi de cadre à la tenue de cette grande prière de la fête de Ramadan, ce jeudi 13 mai 2021.

En effet, c’est devant des fidèles musulmans, fortement mobilisés que le grand Imam El Hadj Oumar Cissé, a dirigé la prière. Après laquelle il a prononcé  son sermon en ces termes: « Louange à Dieu, qui nous a accordé sa grâce de jeûner les 30 jours du mois saint de ramadan. Mais surtout qui a épargné notre préfecture de la violence. C’est pourquoi, je vous exhorte les fidèles au pardon, à l’acceptation et à la cohésion. L’islam c’est avant tout une religion de paix et pardon. Et devons cultiver le vivre ensemble. Car notre diversité culturelle et religieuse ne doit pas être source de division »,  conclura-t-il.

« C’est l’une des rares fois que nous faisons le mois du ramadan, sans violence ici. Et si nous sommes arrivés à cela, c’est grâce à la sensibilisation.

Sur le plan sanitaire, la proactivité de l’État a permis de gérer de façon responsable les deux pandémies. Aujourd’hui nous sommes dans la dynamique du compte à rebours. C’est-à-dire que si tout va bien, dans quelques jours, on va déclarer la fin d’Ebola », dira général Mohamed Gharé, gouverneur de la région administrative de N’Zérékoré.

A noter que les mesures barrières et le port des bavette, en ce moment de pandémie n’ont pas été respectés, dans la plupart des 52 lieux de prières que nous avons visités.

Faranah-Ramadan 2021 : les mesures barrières ignorées dans les lieux de prière

Après 30 jours de jeûne, les fidèles musulmans  ont célébré ce jeudi 13 mai 2021  la fin du ramadan à travers une grande fête de réjouissance. C’était l’occasion pour ces fidèles des retrouvailles entre parents, amis et connaissances pour des sacrifices et bénédictions. Selon la tradition, le musulman doit offrir l’aumône ou la Zakat avant d’aller à la prière. Dans son sermon, le grand imam  El hadj Aboubacar Touré a mis un accent particulier sur la cohésion nationale, le civisme, la paix, le pardon, l’entente et quiétude sociale entre les guinéens.

Célébrée sur fond de crise économique, cette fête n’a pas connu un engouement à cause de la conjoncture économique qui sévit dans la  préfecture avec une flambée des prix de toutes les denrées.

À cela  s’ajoute le non-respect des mesures barrières écrites dans les différents communiqués des autorités religieuses. Partout sur les lieux de prière, les dispositifs de kits de lavage des mains étaient invisibles. Les masques ont été complètement ignorés par les citoyens même si le Maire et le gouverneur ont lancé des messages forts aux populations pour les respect des mesures d’hygiène. Vêtus de beaux habits neufs parfumés, les fidèles ont rallié les lieux indiqués pour les prières sans masque.

La prière a pris fin par les bénédictions pour la paix, l’unité nationale, le bonheur et le développement socioéconomique de la Guinée et des Guinéens.

Faranah, Facély Kalman Keita pour Guineenews

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...