Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Transparence dans la gestion de l’ANIES : la réalité au delà de la fiction !

Depuis plusieurs semaines, l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale (ANIES) procède à une série de publications sur les transferts monétaires qu’elle réalise dans les cinq communes de Conakry.

Pour rappel, tous les mois, plus de 20 000 ménages (plus de 130 000 personnes) perçoivent mensuellement chacun la somme de 250 000 GNF, dérisoire, certes mais très soulageant pour les familles vulnérables à Conakry. Pour des questions de transparence et de traçabilité financière, l’ANIES a choisi de réaliser ses transferts monétaires à travers les institutions financières que sont Ecobank et Société Générale.

Compte tenu des montants en jeu, plus de 5 milliards GNF par mois pour la seule ville de Conakry, elle a décidé de faire preuve d’une transparence inédite dans le contexte guinéen actuel, selon les informations dont nous possédons. Ainsi, comme on peut le voir dans les infographies ci-dessous, le public est amplement informé sur la gestion faite des ressources publiques destinées aux transferts monétaires.

Votre quotidien électronique Guineenews© fidèle à sa mission celle  d’informer objectivement l’opinion s’est rapproché des services de l’ANIES pour en savoir davantage sur les publications récentes et surtout percer le mythe.

À lire aussi

Pour Ansoumane Camara, Conseiller Spécial du Premier ministre et Coordinateur général de l’ANIES, « la transparence renforce la crédibilité et l’acceptabilité des politiques publiques. Informer le public sur la gestion des ressources affectées aux transferts monétaires de l’ANIES est par ailleurs un engagement que nous avons pris dans le cadre du partenariat avec la Banque mondiale. »

Cet exercice de transparence est d’autant plus salutaire qu’avec l’intégration des neuf préfectures pilotes (Forécariah, Kindia, Mamou, Gaoual, Tougué, Dabola, Kérouane, Kouroussa et Beyla) à partir de ce mois de septembre, il est légitime que l’opinion sache ce que l’ANIES fait de cet argent public. En effet, selon nos informations, les transferts monétaires de l’intérieure du pays se chiffreront à environ 3 millions de dollars américains par mois pour l’ensemble des préfectures pilotes.

Dans un pays où il y a un manque abyssal de traçabilité, de redevabilité et d’imputabilité, les observateurs s’accordent à dire que la transparence qu’exige l’unité de coordination de l’ANIES dans la gestion des fonds publics devrait inspirer d’autres entités étatiques. En tous cas, jusque-là, l’ANIES était considérée comme étant un instrument de propagande du pouvoir. Mais la réalité est en train de démontrer son utilité et sa vision pour un développement harmonieux. 

Interrogé sur la diversification du portefeuille et d’activités de l’ANIES dans une perspective de développement durable dans nos communautés, à la base, M. Camara a parlé notamment de l’installation des panneaux solaires permettant d’appuyer les activités génératrices de revenu en Guinée. D’ailleurs, précise-t-il, un appel d’offres largement diffusé dans les médias a été lancé pour recruter des entreprises pouvant réaliser ces travaux au bénéfice de nos concitoyens dans les 139 villages de la Guinée.

La transparence, l’efficacité et l’efficience dans la gestion des affaires publiques sont les seuls gages pour rassurer les bailleurs sur l’utilisation des ressources financières  qu’ils mettent à la disposition du pays.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...