Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Symposium à la mémoire du Pr. Pathé : les derniers hommages du corps médical à un médecin émérite

Décédé le 24 octobre dernier à Paris des suites de maladie, feu Professeur Mamadou Pathé Diallo, ancien ministre de la santé et ancien fonctionnaire international a été honoré à titre posthume ce samedi 29 octobre, lors d’un symposium organisé à cet effet.
Ce n’est pas par hasard si c’est l’amphithéâtre communément appelé «Amphi CAMES », en référence au conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur qui sert de cadre à l’événement, dans l’enceinte de l’université de Conakry. Les témoignages des autorités de l’université et des professionnels de la santé et d’autres bénéficiaires de ses soins en disent long.
Parmi les témoignages qui ont eu lieu à la mémoire du pédiatre et universitaire devenu ministre de la santé et présenté dans les témoignages comme le concepteur du système de la santé publique moderne en Guinée , nous retenons celui de son lointain successeur, ministre actuel de la santé et de l’hygiène publique, Dr Mamadou Pèthé Diallo.
Pour la circonstance, l’ancien fonctionnaire international, successeur du défunt dans les institutions internationales également, n’a pas manqué de mots, pour, dit-il, «…illustrer à la fois la peine, la tristesse mais aussi, d’une certaine façon, la fierté et la joie qui m’animent…». Ajoutant qu’il s’agit «d’une cérémonie à la fois, sobre, solennelle et spirituelle qui se veut plus qu’un deuil ». Car estime-t-il «c’est aussi l’occasion de célébrer» celui qui a été unanimement reconnu comme un monument de l’université et du secteur de la santé en guinée, en Afrique dans le monde…
Dans cette logique, poursuit-il, «je souhaite que nous tous et toutes celles qui sont ici présents, nous nous renommerions le professeur Mamadou Pathé Diallo, non pas en versant des larmes en célébrant le parcours extraordinaire de cet homme ».
Et d’expliquer que «cette célébration, c’est notre façon de l’honorer. D’honorer ceux et celles qui ont eu la chance et le privilège de travailler avec lui, d’honorer sa famille proche et lointaine qui l’a accompagné pendant toute ces années pour lui permettre de donner le meilleurs de lui-même au service de l’Afrique et de l’humanité». Insistant sur le fait que «de célébration, c’est bien de ça qu’il d’agit», avant de rappeler le parcours de celui que «le destin» a permis d’aller à l’école française et servir la Guinée et l’humanité…

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...