Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Santé : l’hôpital Donka va être géré pendant 5 ans par une structure étrangère

L’hôpital national Donka va bientôt ouvrir. C’est le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le Dr Mamadou Pèthè Diallo, qui l’a annoncé ce lundi lors d’une conférence de presse. Déjà, les travaux de rénovation et de construction sont très avancés. Le travail de génie civil et d’équipement est à 99%, selon le ministre.

« Près de 99 à 99,5% des activités de génie civil, c’est-à-dire construction, rénovation, ravalement et équipements de l’hôpital sont déjà finalisés. Au moment où nous parlons, deux des grandes sociétés qui travaillent sur place dans le génie civil et l’équipement, une a déjà terminé son travail et a déjà rendu complètement le service. L’autre est en train d’achever quelques petits travaux de peinture et de ravalement qui seront achevés dans les prochains jours. Avec ces résultats en termes de progrès physique, nous ne voyons plus l’intérêt de jouer à la montre pour que ce projet perdure. Ce projet doit s’arrêter et l’hôpital doit entrer en fonction. Nous sommes prêts à une ouverture graduellement de l’hôpital Donka qui est le plus grand centre hospitalier du pays et qui, une fois entièrement fonctionnel, pourra avoir près de 630 lits d’hospitalisation », a affirmé le Dr Pèthè Diallo. Avant d’ajouter que l’ouverture concerne 4 services qui ont déjà tous leurs appareillages et intrants prêts : la consultation externe, l’imagerie médicale, l’odontostomatologie, le laboratoire d’analyse et la pharmacie.

Poursuivant son intervention, il est revenu sur la délégation de gestion qui sera accordée à la société canadienne, Netsen Group, pendant une période de cinq ans : « Le Gouvernement passé, au moment de la conception de ce projet, vu  l’importance des investissements qui avaient été planifiés, avait pris une décision selon laquelle la gestion de cet hôpital serait confiée à un gestionnaire délégué sur la forme d’une concession déléguée de gestion. Cela veut dire qu’un acteur qui n’est pas l’Etat, qui n’est pas la Fonction publique guinéenne, sera pris pour assurer la gestion et le fonctionnement au quotidien de cette structure pendant une période limitée avec à charge pour cet acteur de pouvoir préparer graduellement le transfert de ses compétences de gestion à la partie guinéenne. »

A en croire le ministre de la Santé, l’actuel Gouvernement a trouvé que l’acteur en question, donc Netsen Group, avait déjà été sélectionné pour cette délégation de gestion de l’hôpital national Donka : « Ce processus de sélection de cet acteur avait débuté avant le 5 septembre 2021. Une première ébauche de cette délégation de gestion a été réalisée, à savoir la mise en place d’une société qui a fait le travail de construction, d’installation du système d’information sanitaire de l’hôpital et du système informatique. Ceci avait été complété. Ceci faisait partie des cahiers de charge de ce projet. La gestion déléguée n’ayant pas été décidée en bout de parcours mais déjà au début de la conception du projet. »

Cet acteur, souligne le ministre, a déjà commencé à faire le travail de contrôle des infrastructures : « Le partenaire choisi pour la délégation de gestion est sur le site depuis plus de 3 mois en train de travailler pour la préparation, la vérification, le calibrage, le contrôle de qualité, le contrôle de marche de toutes les infrastructures qui sont en place afin de préparer l’ouverture. »

A l’hôpital Donka, chaque année, c’est 24 milliards GNF de subvention de l’Etat, mais cette structure ne rapporte au budget de l’Etat qu’un montant en dessous de 1 milliard GNF. C’est donc pour éviter cette situation, mais aussi séparer la gestion de ce centre hospitalier et la fonction des médecins, que cette délégation de gestion a été faite, précise Dr Pèthè Diallo : « La mise en place d’une gestion déléguée c’est de faire la différence entre le rôle de quelqu’un qui gère l’hôpital, à savoir faire l’hygiène, entretenir les toilettes, gérer la buanderie, la restauration, l’approvisionnement en médicaments, le traitement des déchets médicaux, le groupe électrogène, l’approvisionnement en électricité, et du travail des médecins. 

Les médecins ne sont pas formés pour s’assurer que les toilettes sont nettoyées ou qu’on a détruit les déchets médicaux. Il faut donc séparer les deux fonctions pour qu’il y ait des personnes, des Guinéens, qui seront chargées de gérer et de centraliser la collecte des ressources, parce que l’hôpital est un service public, mais il génère des ressources. Si ces ressources sont correctement gérées elles vont permettre à l’hôpital de s’autofinancer, donc de réduire un peu la charge de l’Etat.

Pour le moment, tous les hôpitaux de Guinée fonctionnent avec des subventions de l’Etat et ils ne rapportent pas au Trésor public. Même s’ils ne rapportent pas, puisqu’ils ne sont pas à but lucratif, ils doivent au moins pouvoir, avec les recettes qu’ils génèrent, de s’autofinancer et réduire la charge à la fois pour les ménages et le budget de l’Etat qui pourrait être orienté vers d’autres investissements. Donc cette fonction aussi de gestion des revenus et des recettes de l’hôpital va être confiée pendant une période temporaire à la société de gestion de l’hôpital. »

Dès la première année, la société retenue va procéder à la formation de cadres guinéens « qui vont occuper ces fonctions-là. Cette formation se fera ici en Guinée et en Occident à la charge de la société. »

Cette délégation de gestion est donc différente de la privation. Le ministre de la Santé persiste que l’hôpital Donka ne sera jamais privatisé, parce que c’est un patrimoine national.

 

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...