Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Santé: la toxoplasmose fait des ravages en silence dans les communautés (Entretien)

La toxoplasmose est une maladie méconnue par le grand public qui continue de faire des victimes dans la région forestière. Selon Dr Zouti Zapata Guilavogui, un médecin interrogé par Guineenews, cette pathologie est provoquée par les rongeurs et affecte des millions de personnes à travers le monde, en Afrique du Nord et de l’Ouest. Rencontré à N’Zérékoré, ce gynécologue échographiste a expliqué l’origine, la cause, les manifestations et le mode de traitement de la toxoplasmose.  (Entretien)

Guinéenews© Bonjour Docteur ! Pouvez-vous nous dire c’est quoi la toxoplasmose ? 

Dr Zouti Zapata Guilavogui : Bonjour ! La toxoplasmose est une maladie méconnue mais qui fait vraiment de ravage au sein de la population.  Elle est une infection parasitaire dont l’agent causal est le toxoplasma gondii. Cette maladie sévit dangereusement surtout au niveau de la couche féminine. Elle a été découverte pour la première fois par deux médecins français qui sont Charles Louis et Clémane en 1908. Ces deux médecins ont fait un essai clinique sur un rongeur. Ce qu’il faut retenir, c’est une hémo-parasitaire dont l’agent causal est le plasma gondii.

Guinéenews© : quelles sont les causes de cette maladie méconnue et négligée par le grand public ?

Dr Zouti Zapata Guilavogui : Les gens souffrent de cette pathologie mais beaucoup ne savent pas comment elle survient et comment, on l’attrape. Les causes sont simples. Il faut savoir que la toxoplasmose est généralement asymptomatique. C’est-à-dire qu’elle se présente chez les personnes mais ne présente pas de signes extérieurs. Elle devient symptomatique lorsqu’elle corrobore avec d’autres maladies infectieuses, dangereuses.  Les causes, c’est à travers l’hôte définitif à savoir les rongeurs. Parce que, c’est à travers la consommation des aliments souillés par les excréments des rongeurs que l’homme qui est l’hôte intermédiaire attrape cette maladie.

Vous savez qu’en Afrique, nous cohabitons avec les petits rongeurs dans nos maisons. Les souris, les cancrelats, les salamandres, les chats… qui sécrètent des toxines sur nos aliments qui ne sont généralement pas protégés. Alors si l’homme consomme ces aliments souillés ça tombe dans le tube digestif, ça se prolifère. Nous savons que quand nous consommons un aliment, l’organisme prend pour lui et le reste est déversé dans le milieu extérieur. Ce que l’organisme prend passe par les ganglions et atteint le système lymphatique et voici comment la contamination sanguine se fait. Quand ça atteint la circulation sanguine, tous les organes sont irrigués. C’est en ce moment que les signes commencent à s’extérioriser. Le parasite va atteindre les muscles, le cerveau et l’œil. 

Guinéenews© : Comment se manifeste la toxoplasmose ?

Dr Zouti Zapata Guilavogui : quand on souffre de la toxoplasmose, il y a les céphalées qui arrivent parce que j’ai parlé de l’infection du système nerveux. Le germe, surtout les parasites logent dans le cerveau. Et nous avons des membranes qui recouvrent le cerveau. Donc, il y aura une irritation du cerveau. Ce qui entraîne les céphalées, des maux de tête intenses, des arthralgies des muscles, au niveau des articulations et la fièvre. Il y a même des signes qui corroborent avec les maladies tropicales qui sont le palu et la fièvre typhoïde.

Guinéenews© : peut-on prévenir la toxoplasmose si oui, comment la prévenir ?

Dr Douti Zapata Guilavogui : permettez-moi d’abord de vous dire que nous les gynécologues obstétriciens qui aidons nos mamans, nos sœurs pour la santé, rencontrons pas mal de cas dans les examens que nous élaborons. La toxoplasmose congénitale. Ça veut dire qu’il y a plusieurs moyens de transmission. Il y a la transmission acquise dont nous sommes en contact avec les agents vecteurs qui sont les rongeurs.

Il y a la transmission congénitale et la toxoplasmose chez les immunodéprimés, les personnes qui vivent avec le VIH. Parce que c’est une maladie opportuniste. Elle vit également avec d’autres maladies infectieuses très dangereuses. Alors pour l’éviter, il faut tenir l’environnement propre, prendre soin de nos aliments. Avant de consommer les viandes de porc, de bœuf, toute autre viande crue, il faut les laver et les désinfecter avec de l’eau de javel. Il faut bien cuire la viande que nous consommons.   Ce qu’il faut faire pour la prévention de cette pathologie très dangereuse, il faut chaque fois désinfecter les coins et recoins de nos maisons pour éliminer les petits rongeurs qui cohabitent avec nous.

À lire aussi

Guinéenews© : vous avez parlé de la toxoplasmose congénitale, dites-nous qu’est-ce-que c’est ?

Dr Zouti Zapata Guilavogui : La toxoplasmose congénitale qui est très fréquente chez nous entraine des dommages même chez l’enfant quand la femme atteinte de la maladie est en état de famille. C’est une transmission de la mère au fœtus. Il y a la parasitémie qu’il faut voir. Au début de la grossesse, la parasitémie est à 2% et à partir de quatre (4) mois, la parasitémie est très élevée et peut entraîner des dommages sur le fœtus parce qu’en ce moment, il y a une bonne communication sanguine à travers le placenta et le cordon ombilical.

Les conséquences sont dramatiques pour le fœtus. La mort fœtale peut survenir, la malformation, l’accouchement prématuré et le manque de liquide. Au début de cette semaine, j’ai référé un couple à Conakry où j’ai fait les examens après leur retour, j’ai vu que la femme est toxoplasmique. Malheureusement, elle a perdu son bébé par manque de liquide amniotique avec quelques malformations congénitales. Ce sont les conséquences de la toxoplasmose congénitale.

Guinéenews© : la toxoplasmose est-elle fréquente aussi bien chez les hommes adultes que les femmes et les enfants ?

Dr Douti Zapata Guilavogui : il n’y a pas seulement que les femmes et les enfants qui attrapent cette maladie. Il y a aussi les hommes adultes. Aujourd’hui, plus de 50% sont porteurs de toxoplasmose. C’est pourquoi, j’ai dit au début que c’est une maladie opportuniste et très courante. Quand on fait la statistique au centre de traitement ambulatoire avec les personnes qui vivent avec le VIH, vous allez voir que tous les cas de VIH corroborent avec la toxoplasmose qui entraîne les encéphalopathies, les méningites accélérées… qui provoquent la mort chez les immunodéprimés. C’est une maladie opportuniste à haute intensité.

Guinéenews© : Comment diagnostiquer la toxoplasmose chez les patients ? 

Dr Douti Zapata Guilavogui : le diagnostic de la toxoplasmose est purement biologique. Sinon, on risque de la confondre avec d’autres maladies tropicales. Donc le diagnostic est biologique à travers la performance des laboratoires. On appelle ça test sérologique.

Guinéenews© : quels sont les modes de traitement de cette pathologie ? 

 Dr Zouti Zapata Guilavogui : après le diagnostic positif au laboratoire parce que c’est un parasite, il faut le traiter. Actuellement, la politique nationale pour le traitement de cette maladie a beaucoup de paramètres à suivre. Il y a les médicaments qui font partie des sulfamides et les médicaments qui font partie des macrolides. Actuellement, on vous dit bactrime 960 et rovamycine. Le traitement peut durer de trois (3) à six (6) mois avec un contrôle au laboratoire pour voir comment les tests immunologiques évoluent afin de couper la chaîne d’évolution de cette maladie.

C’est un traitement qui coûte cher par rapport à notre condition de vie aujourd’hui. Une boite rovamycine coûte 100 mille francs guinéen. Il faut 15 boites pour trois mois donc 30 boites pour les six mois. Après le traitement, si on ne prévient pas la maladie, ça peut te rattraper. Il faut aussi signaler que toute maladie qui évolue dans le sang peut avoir une contamination interhumaine. A travers même les relations intimes avec les sécrétions biologiques.

Interview réalisée par Moussa Kounady Camara, correspondant de Guinéenews.org à N’Zérékoré

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...