Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Santé : la GIZ appuie la Guinée dans le cadre du renforcement et de la qualification des unités de soins intensifs

La coopération allemande (GIZ) en collaboration avec le Gouvernement guinéen a procédé ce 6 juillet 2022 au lancement officiel d’un projet partenariat public-privé. Ce projet dénommé “alliance des hôpitaux pour le renforcement des unités des soins intensifs en Guinée” vise non seulement à renforcer les capacités de sept structures sanitaires guinéennes mais aussi à les doter de matériels sanitaires leur permettant de faciliter la prise en charge des malades en soins intensifs.  Le coût du projet est estimé à un million huit cents mille euros soit 18 milliards GNF avec une contribution de presque 49% de la part des cliniques privées, selon l’Ambassadeur d’Allemagne en Guinée.

Pour le Directeur national des établissements hospitaliers publics et privés, la mission assignée au ministère de la Santé par le président de la Transition, Mamadi Doumbouya est “de reconcilier la population guinéenne et le système de santé car il sait qu’il y a une fracture” entre les deux parties.

Pour cela, a révélé Dr Abdoulaye Kaba, le ministre Mamadou Péthé Diallo, a donné des missions à chaque direction et à chaque service. Et nous avons eu l’accompagnement de la Coopération allemande dans le cadre de la réanimation pour que la prise en charge des cas graves soient une réalité en Guinée. De ce fait, nous avons décidé ensemble de faire un projet pilote partenariat public privé basé sur la mise en place de divers services d’établissements publics, privés et confessionnels. Donc, c’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui. Nous vous prions d’acccompagner cette initiative pour que ce projet soit à l’avenir un moyen de financement responsable  du système de santé pour la couverture universelle en Guinée”.

Selon lui; “le constat est que si les structures privées, confessionnelles et publiques travaillent ensemble, c’est une opportunité pour la population guinéenne mais aussi une opportunité pour qualifier le système de santé en Guinée”.

De son côté, l’Ambassadeur d’Allemagne en Guinée,  SEM Ulrich Meier-Tesch, a indiqué que la présence des représentants des structures bénéficiaires “montre le grand intérêt dans ce projet de la coopération allemande [qui] intervient en Guinée depuis plusieurs décennies dans des secteurs aussi variés que sont l’éducation, la santé, les mines et les énergies renouvelles mais aussi dans le domaine de la santé en particulier pour améliorer la santé de la mère et de l’enfant”.

Pour lui, “la coopération allemande financée par [son] gouvernement met en œuvre depuis 2015 le programme de la santé de la reproduction et de la famille dans les régions de Kindia, Mamou, Labé et Faranah.  Et depuis 2019, la GIZ implémente le projet d’appui au renforcement du système de santé co-financé par l’Union européenne et la France dans les régions de N’Zérékoré et les préfectures avoisinantes notamment Kérouané et Kissidougou”.

Poursuivant, SEM Ulrich a dit que “pour amplifier les bénéfices de son aide au développement à la Guinée dans le secteur de la santé, la coopération allemande a initié en 2017 la coopération de PPP au sein du programme santé afin d’impliquer le secteur privé guinéen dans le financement des services de santé. C’est vraiment une approche tout à fait nouvelle. [car] nous avons réalisé que sans le secteur privé, un développement ne peut pas avoir lieu.”

A l’en croire “l’objectif principal de ce projet est de renforcer les unités de soins intensifs en Guinée pour la prise en charge adéquate des malades en soins d’urgence. Et au terme de ce projet, les capacités des unités de soins intensifs de sept structures sanitaires guinéennes seront renforcées par la formation de 35 agents de santé, 14 maintenanciers biomédicaux et 14 administrateurs hospitaliers. Et les sept structures sanitaires partenaires de ce PPP seront dotées également de 14 lits d’équipements de réanimation de laboratoires, de bouteilles d’oxygène, de médicaments et d’équipements de protection individuelle”.

Pour sa part, le représentant du ministre de la Santé à cette occasion, Dr Mohamed lamine Yansané, a remercié “le peuple et le gouvernement allemands pour le financement de ce projet ainsi que les partenaires des établissements publics et privés qui ont voulu s’associer à cette initiative  qui est en soi une innovation à notre pays. Depuis près de 40 ans, la Guinée bénéficie de façon continue d’un appui sur notre système de santé.”

Le bénéfice de ce projet PPP est immense. Il constitue sans nul doute pour nous la mise en place des unités de soins intensifs dans sept établissements hospitaliers et il nous permettra de sauver des cas graves et nous éviter des évacuations sanitaires  qui coûtent extrêmement cher à notre pays. (…) Je tiens personnellement à remercier la GIZ, toutes les équipes du ministère de la Santé, les partenaires des secteurs privé, confessionnel et public qui ont travaillé inlassablement pour la conception et la mise en œuvre de ce projet”, a-t-il conclu.

Dans sa présentation, Dr Sâa Bobo Léno de la GIZ a rappelé que l’épidemie Ebola et la pandémie du Coronavirus “ont révélé la faiblesse du système de santé guinéen en général et surtout des hôpitaux en particulier”. Mais, explique-t-il, “au-delà de ces crises sanitaires, il y a un besoin accru en termes de dispensation des soins de santé en République de Guinée, surtout dans le domaine des urgences sanitaires”.

D’ailleurs, “en 2018, une étude a révélé que les dépenses annuelles liées aux évacuations médicales sont estimées à 5 millions 582 mille 957  dollars pour seulement l’administration publique”, note-t-il.

Avant de décliner les raisons qui ont poussé les initiateurs à développer ce projet : “en terme de ressources humaines, le nombre de personnels qualifiés en réanimation est très faible et très peu d’infirmiers et d’aide-soignants ont développé ces pratiques d’urgence sanitaire en république de Guinée. Voici les raisons qui nous ont poussé à développer ce projet dont l’objectif général est de développer et de renforcer les capacités des sept unités de soins intensifs en république de Guinée afin de créer des nouveaux domaines de compétences en soins intensifs pour les besoins urgents des populations guinéennes”.

Avant de terminer, Dr Sâa Bobo Léno a indiqué que “pendant la durée du projet, les malades seront pris gratuitement dans les soins des unités intensifs des hôpitaux et cliniques ayant bénéficié de ce projet. Le coût des tarifs de la  prise des malades en soins d’urgence sera réduit après la durée du projet. Les cliniques bénéficiaires de ce projet sont les cliniques Ambroise Paré, M’mah Hawa, Pasteur, l’hôpital évangélique compassion de Mamou, le centre hospitalier régional de Macenta, l’hôpital régional de Boké et l’hôpital régional de Kindia”.

Enfin, il faut noter que les beneficiaries de ce projet ont salué l’initiative et remercié la coopération allemande pour ses efforts inlassables pour l’amélioration de la qualité des soins en république de Guinée.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...