Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Riposte anti-Ebola à N’Zérékoré : Face à la réticence communautaire, les écoles mises à contribution

Face à la réticence grandissante, suivie des enterrements communautaires non sécurisés, en pleine épidémie de la fièvre à virus Ebola, dans la capitale de la Guinée forestière, les stratégies sont désormais orientées vers les établissements scolaires et professionnels de la commune urbaine de N’Zérékoré.
En effet, malgré les différentes sensibilisations faites depuis l’apparition d’Ebola, la réticence des populations  dans certains quartiers de la commune urbaine de N’Zérékoré reste d’actualité. C’est pour cette raison que les acteurs de la riposte ont orienté les stratégies de communication vers les écoles. Et cela pour mieux atteindre les différents foyers de réticences de la commune dont le message a du mal à passer.
Pour Adama Camara, responsable de la composante communautaire à la GIZ,  « vous savez que l’ennemi numéro un de ce virus d’Ebola, c’est la réticence. Et vu que cela reste d’actualité dans nos communautés, nous avons changé de stratégie, pour briser la chaîne de réticence. C’est pourquoi d’ailleurs, nous orientons nos efforts dans les écoles professionnelles, collèges et les écoles primaires, pour qu’ils soient nos interlocuteurs dans leurs familles. Car chaque élève est issu d’une famille. Nous pensons que lorsque ces ambassadeurs passent le message sur la présence de ce virus dans notre localité et de sa gravité, il n’y a pas de raison que leurs parents n’y adhèrent pas », dira t-il.
En sa qualité de président préfectoral de la cellule de riposte, le préfet de N’Zérékoré Sâa Yola Tolno, s’est exprimé en ces termes « depuis le début de l’apparition d’Ebola, dans notre localité, nous avons toujours fait de la sensibilisation comme notre cheval de bataille. Car l’adhésion de la population est un élément incontournable pour rompre la chaîne de contamination. »
 Théophile Lamah, ce guéri d’Ebola, demande à la population de croire à l’existence et à la présence d’Ebola dans notre cité. « Et en plus le respect des consignes des spécialistes de la santé doit être de mise. Mais aussi se présenter quand on est une personne contact ou dès qu’on ressent les symptômes »,  car autant que la prise en charge est précoce, autant qu’on a la chance de survivre, conclura-t-il.
Pour rappel, les statistiques du jour font état de 1 sorti guéri,  8 décès communautaires, dont 4 cas probables et 2 entièrement non sécurisés.
A noter que cette campagne de riposte pour briser la réticence doit toucher les collèges, les écoles primaires et professionnelles de la commune urbaine de N’Zérékoré dans un premier temps.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...