Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Préparatifs du COP26 : le trou que Oyé doit combler pour parfaire la raclette 

Les questions environnementales font partie des sujets abordés par l’exécutif guinéen en conférence des ministres ce jeudi 29 juillet. C’est ce que nous rapporte le porte-parole du gouvernement dans son compte-rendu.

Selon le document sanctionnant la réunion hebdomadaire du président de la République avec l’équipe gouvernementale, « le ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts a fait une communication relative à la participation de la Guinée à la COP26 prévue à Glasgow en Ecosse, du 1er au 12 novembre 2021 ».

Pendant sa prise de parole, à propos, Oyé Guilavogui a parlé des attentes de la COP26. Il s’agit d’abord de : « parvenir à un accord sur l’article 6 de l’Accord de Paris (COP 21, 2015) portant sur le marché du carbone pour le maintien de l’élévation de la température mondiale en deçà de 1,5°C ; obtenir des engagements de financement pour la mise œuvre de notre Contribution Déterminée Nationale (CDN) dont la finalisation du Plan d’Investissement est prévue pour Octobre 2021 ; favoriser la conclusion des accords pour le financement des projets en préparation (85millions USD) ».

Par ailleurs, en ce qui concerne la Présidence guinéenne du groupe des G77 + Chine, le ministre Guilavogui a indiqué que l’élection de notre pays en janvier 2021, marque une ouverture importante et une véritable opportunité pour l’accès de la République de Guinée aux financements climatiques.

Auparavant, le document relève que « le ministre d’Etat a rappelé que grâce à notre participation aux précédentes éditions et depuis l’adoption de l’Accord de Paris en 2015, notre pays la République de Guinée a bénéficié de l’appui de divers Partenaires Techniques et Financiers, de plus de 24 millions de Dollars US de financement pour l’exécution des projets de résilience climatique. L’ensemble des projets déjà clôturés, ceux en cours de réalisation ou en préparation, englobe un appui de 130 millions USD, impactant les secteurs de l’énergie, l’agriculture, la pêche et la décentralisation. »

En réaction, dans les débats, « … le conseil a félicité le ministre Oyé pour le niveau de préparation à date de cet événement (COP 26) et l’a encouragé à poursuivre le travail qui laisse entrevoir des avantages considérables pour notre pays. »

Par ailleurs, faut-il exhorter le ministre de l’Environnement à assurer en aval, c’est-à-dire à l’intention de l’opinion nationale, une communication en toute transparence sur l’impact et la gestion des montants importants en jeu. Au risque de laisser un gros trou dans la raclette « gouverner autrement ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...