Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Passerelle de Belle-vue :  critiquée au début, elle apparaît parfaitement adaptée, à la fin !

De toutes les passerelles construites jusque-là, dans la capitale, celle de Belle-vue nous semble être la meilleure. En tout cas, du point de vue esthétique, elle est la plus agréable qui s’offre au regard. Elle paraît plus large que les autres, à en juger par les dimensions des marches d’escaliers. Aussi, tout là-haut dans l’allée, ses garde-fous sont en fer alu, inoxydable, emmailloté de plaques métalliques décoratives, qui laissent apparaître l’éléphant (le syli), un des grands symboles de chez nous. Peut-être, a-t-on voulu magnifier ou perpétuer le nom des célèbres cases, situées juste à côté.

Dans nos précédentes parutions sur le sujet, nous avions émis des réserves quant à l’implantation de cette infrastructure. D’un côté, les marches nous paraissent placées, dans une courbe, trop près du mur d’enceinte du lycée Sainte-Marie et de l’autre nous trouvons qu’on a définitivement fermé, à son point de départ, la bretelle qui remonte vers le rond-point Belle-vue, en passant devant l’ambassade de Sierra-Léone.

Mais, c’était peut-être un avis prématuré et il fallait attendre que les travaux finissent pour fonder son opinion. Et là, pour tout dire, nous avons été agréablement surpris de l’initiative du bâtisseur qui a installé une palissade métallique colorée, de quelques centaines de mètres, sur le terre-plein central, séparant ainsi totalement la chaussée en deux parties. Comme ça, de quelque côté qu’il arrive, le piéton ne peut en aucune manière, traverser la chaussée. S’il veut le faire, il est tenu d’emprunter la passerelle se plaçant de son côté. Pour tout dire, cet aménagement résout du coup plein de problèmes : les embouteillages sont réduits ; la sécurité des piétons est renforcée ; les policiers sont libérés d’une corvée qui les mobilise tous les jours ouvrables pour réguler la circulation ; les parents d’élèves ainsi que l’encadrement de l’école se réjouissent de savoir que les enfants empruntent nécessairement la passerelle, pour éviter qu’ils se fassent renverser par les nombreux véhicules ( autos et motos ) qui empruntent sans arrêt, cette route. Finies les traversées désordonnées et imprudentes auxquelles on assistait là, à chaque rentrée et sortie de classes. On peut dire que l’encadrement de l’école Sainte-Marie, malgré tous les efforts consentis, continuait à se faire du souci pour la gêne que le mouvement régulier des élèves entraînait sur la circulation et pour les risques qu’encourent ces derniers pendant la traversée. Nous apprenons que ces soucis étaient amplement partagés par la police routière de Dixinn, dont c’est la zone de contrôle. Les agents étaient régulièrement planifiés en ces lieux, pour faire traverser les élèves et canaliser la circulation. Ce point noir, faisait partie des préoccupations de la routière qui y veillait constamment.

Aujourd’hui, le calme et la sérénité reviennent chez tout le monde. Les désagréments et autres risques sont nettement atténués. Il reste cependant à veiller à ce que les accompagnateurs d’élèves qui arrivent en voiture ou à moto, rangent convenablement leur véhicule dans l’espace prévu à cet effet. En même temps, on empêche que les élèves s’entassent devant l’accès aux passerelles. Éviter qu’ils se bousculent à la montée des marches d’escaliers.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...