Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

« Par rapport au patriotisme, Sidya Touré n’a de leçon à recevoir de personne », martèle Boubacar Barry

La mise en demeure faite à Sidya Touré de libérer sa concession de La Minière a occupé l’essentiel de l’assemblée générale de son parti ce samedi 26 février 2022, à Matam.

Dans sa prise de parole à ce propos, l’ancien ministre de la Pêche par ailleurs vice-président de l’Ufr s’est dit peiné de la façon dont Sidya Touré est traité aujourd’hui. « Quand on connaît le parcours de l’homme, quand on connaît son utilité sociale depuis qu’il est rentré en Guinée, cet homme devait recevoir tous les honneurs possibles parce que c’est un vrai patriote« , a placé d’emblée M. Boubacar Barry.

Poursuivant, il a rappelé qu’avant que le président de l’Ufr ne fasse de la politique ou qu’il soit Premier ministre de cette République, son utilité sociale était déjà avérée.  « Quand il est rentré dans ce pays avec les moyens qu’il a pu mobiliser à l’international, avec les amis et les réseaux qu’il avait dans le monde des affaires, il les a fait venir en Guinée pour aider notre pays qui était complètement déliquescent. Il a investi dans l’éducation. Qui ne connaît pas les écoles Victor Hugo ? Beaucoup de nous cadres ont étudié là-bas. Il avait vu effectivement que l’une des faiblesses de notre pays était liée à l’éducation. Il s’est investi aussi dans l’agriculture, parce qu’il sait que le meilleur moyen de combattre la pauvreté,  c’est en investissant sur le paysanat. Il est aujourd’hui le premier planteur de la République de Guinée », a-t-il précisé.

Rappelant le contexte de l’arrivée de Sidya Touré comme Premier ministre en 1996, Boubacar Barry a dit qu’il s’est aussitôt mis à la disposition de son pays en lui  apportant son expérience et son expertise. « Il a fait les réformes nécessaires et jusqu’aujourd’hui il n’y a pas un meilleur bilan depuis que le pays existe. C’est une réalité. Mais en Guinée, on n’aime pas les valeurs« , a regretté le Vice-président de l’Ufr.

Condamnant le fait que tous ces actes posés soient aujourd’hui mis aux oubliettes, Boubacar Barry s’est insurgé contre « l’humiliation » qu’on veut opposer au président  de son parti.  « Ça me donne des larmes. J’ai les larmes aux yeux quand je parle de Sidya Touré« , a-t-il exprimé.

Dans la poursuite de sa communication, l’orateur a dit qu’en 2015, quand des amis communs d’Alpha Condé ont estimé que son premier mandat n’était pas satisfaisant, ils ont proposé à Alpha Condé de se faire aider par Sidya Touré.

« (…). C’est pourquoi il a accepté le poste de Haut représentant du chef de l’État. Des propositions concrètes dans le secteur de l’agriculture et de l’énergie ont été analysées et proposées. Mais on ne peut que proposer et donner des conseils. Si celui qui reçoit les conseils ne les exécute pas, ce n’est pas de sa responsabilité« , a tranché l’orateur.

Au regard de toutes ces couronnes qu’il a tissées pour Sidya Touré, M. Barry croit que la Guinée doit beaucoup à Sidya Touré. Du moins, si on est honnête.

« Si c’est sur la base des critères objectifs, si c’est par rapport au mérite, si c’est rapport au patriotisme, Sidya n’a de leçon à recevoir de personne. Mais Sidya Touré n’a pas eu droit même à une décoration malgré tous les services rendus à la République », a fustigé Boubacar Barry.

Tout en enseignant que la responsabilité pénale, politique ou administrative est individuelle, le Vice-président de l’Ufr soutient qu’on ne peut pas imputer l’échec de M. Alpha Condé à Cellou Dalein, à Sidya ou a quelqu’un d’autre. « C’est Alpha Condé qui a décidé de gérer le pays comme il a entendu« , a-t-il coupé court, avant de faire une invite au CNRD : « Je demande au CNRD, au président Doumbouya de revoir sa copie. Sidya Touré mérite tout le mérite nécessaire digne d’un patriote. Il ne demande aucun privilège. Il ne demande aucune faveur. Qu’on le juge sur ses actes, rien que sur ses actes ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...