Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Mondial 2022 : Défi fièrement relevé par le Qatar !

La réussite de l’organisation de la Coupe du monde au Qatar ne fait l’ombre d’aucun doute. Même si le Qatar a été cloué au pilori et voué aux gémonies pendant plusieurs années par les médias et dirigeants occidentaux à cause de la situation des travailleurs immigrés sur les chantiers du Mondial et la position ferme et intransigeante de Doha de faire respecter sa culture et ses valeurs sur son sol, l’Emirat a fièrement relevé le défi.

Sur la situation tant décriée des travailleurs immigrés qui ont perdu la vie sur les chantiers depuis l’attribution de l’organisation du Mondial en 2010, le Qatar a finalement reconnu ces faits malheureux, sans pour autant confirmer le chiffre astronomique de 6.500 décès dévoilé par le tabloïd anglais, The Guardian en 2021.
« Les estimations sont aux alentours de 400 morts, entre 400 et 500. Je n’ai pas le nombre exact, c’est quelque chose qui est fort discuté. Un mort est un mort de trop, c’est sûr et certain », reconnaît Hassan Al-Thawadi, secrétaire-général du Comité organisateur de la Coupe du monde 2022.
Par contre, le Qatar s’est refusé à tout compromis sur le respect de sa culture et de ses valeurs ancestrales. En dépit de la grosse pression exercée par la presse occidentale et les dirigeants de ces pays, le Qatar est resté imperturbable, inébranlable et droit dans ses bottes : « De notre point de vue, et de mon point de vue personnel, nous avons toujours dit que tout le monde était le bienvenu. Même si nous ne sommes peut-être pas d’accords sur certaines choses, chacun est le bienvenu…»
Tout au début de la compétition, la FIFA s’est rangée aux côtés du Qatar, quand la Belgique, l’Allemagne, l’Angleterre, les Pays-Bas, le Danemark, le Pays de Galles et la Suisse ont décidé de jouer avec le brassard coloré « One Love » pour afficher leur soutien et marquer leur opposition aux discriminations contre les LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Trans). Finalement, ces sept pays ont été obligés de renoncer à leur action considérée comme provocatrice et irrespectueuse par le Qatar, suite à la décision prise par la FIFA de sanctionner tout joueur qui arborerait ce brassard, source de controverses et de débats interminables.
Les polémiques terminées, place au jeu et au spectacle dans le rectangle vert. L’Émirat savait qu’il était attendu au tournant et surtout que la moindre petite erreur ou faille n’allait pas lui être pardonnée, la presse internationale étant aux aguets pour scandaliser tout éventuel incident mineur ou grave. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Qatar a été à la hauteur. Le pays a fièrement relevé le défi, au-delà de toutes les attentes ou expectatives. L’organisation de la Coupe du monde, pour la première fois dans un pays arabe, a été un véritable succès, n’en déplaisent à ceux qui ont passé le plus clair de leur temps à vilipender l’Émirat.
D’ailleurs, l’Émir du Qatar a rapidement exprimé sa satisfaction et sa fierté après la finale de la compétition qui a vu le sacre de l’Argentine, le 18 décembre au Lusail Stadium de Doha. « Je félicite l’équipe nationale d’Argentine pour avoir gagné la Coupe du monde 2022, et la France pour avoir été vice-championne. Je remercie toutes les équipes pour leur jeu exceptionnel et les supporters qui les ont encouragées avec beaucoup d’enthousiasme. En conclusion, nous avons tenu notre promesse d’organiser un mondial exceptionnel dans les pays arabes, ce qui a fourni une opportunité aux peuples du monde d’apprendre à propos de la richesse de notre culture et l’originalité de nos valeurs », s’est réjoui Tamim ben Hamad, quelques heures après la clôture du Mondial 2022.
Le President de la FIFA, Gianni Infantino, a de son côté mis l’accent sur la fin des préjugés, des idées et opinions préconçues. « En même temps, les Qatariens comme les Emiratis et les Saoudiens qui ont aussi accueilli de nombreux fans se sont préparés à accueillir le monde. Ils ont ouvert leurs maisons, leurs portes, leurs pays pour accueillir les gens. Pour accueillir tout le monde et d’où qu’ils viennent. Le principal héritage pour ceux qui sont venus et ceux qui sont ici pour les accueillir, c’est qu’ils ont découvert que ce qui est dit, ce qu’ils pensent ou ce qu’ils croient n’est pas vrai. Ils peuvent passer du temps ensemble, s’amuser, passer du bon temps et tout simplement mieux se connaître. Et en rentrant chez eux, ces gens en parleront. Les gens qui vont rester ici, ils vont parler de leur expérience et ils s’ouvriront plus aux autres. C’est un héritage non footballistique très important que cette Coupe du monde a apporté ».
Pour parvenir à ce succès éclatant, le Qatar n’a pas lésiné sur les moyens financiers. En plus d’avoir investi 220 milliards de dollars pour se doter entre autres des meilleures infrastructures sportives, routières, hôtelières et hospitalières, les autorités politiques du Qatar sont allées recruter les meilleurs experts dans leur domaine à travers le monde pour les faire venir et travailler sur son ambitieux projet de développement. Au final, le monde entier fut émerveillé par le résultat du travail effectué pendant une bonne dizaine d’années.
Pour la Coupe du monde 2022, le Qatar a mis à disposition huit magnifiques stades dont le Lusail Stadium, décrit comme un clin d’œil du passé et un symbole du grand avenir du Qatar, Al Byt Stadium, l’Education City Stadium, le Khalifa International Stadium et le 974 Stadium, construits avec 974 conteneurs. Des enceintes sportives de très haut niveau qui n’ont rien à envier aux mythiques grands stades européens, à tous points de vue. Confort, beau design, accès facile, tout a été bien pensé. Aucun détail n’a été négligé.
Les autorités politiques de l’Émirat et le Comité organisateur de la Coupe du monde ont pensé et mis en place un ingénieux plan qui a fonctionné à merveille. Du transport gratuit des supporters et des journalistes sur tous les sites de la compétition, en passant par la sécurité, tout a été regelé jusqu’au plus infime détail. En dépit des millions de visiteurs enregistrés dans ce petit pays arabe, les transports publics n’ont jamais été totalement débordés, tout s’est déroulé sans incident et sans heurt en fonction du plan mis en place. Par dessus tout, tout le monde s’est senti en sécurité pendant toute la durée de la compétition. Pas de harcèlement, ni d’agression physique ou verbale. Une chaleureuse hospitalité. Le seul point noir reste les prix exhortants qui avaient été mis sur les hôtels et la location des appartements privés.
Le Qatar a montré que rien n’est impossible, si l’on se donne les moyens et la volonté. Tout est une question de vision, d’ambition et d’action. Au départ, peu de personnes y croyaient, mais eux n’ont jamais douté qu’ils pouvaient le faire. Ils n’ont jamais perdu du temps depuis que la FIFA leur a attribué l’organisation du Mondial 2022 en dépit de toutes les campagnes de dénigrement et de diffamation dont ils ont été victimes. Beaucoup de pays peuvent s’y inspirer pour organiser les événements de grande envergure.

Tanou Diallo, de retour du mondial à Doha, Qatar pour Guineenews

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...