Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Manifestation des travailleurs de l’hôtel Sheraton devant la présidence : un syndicaliste explique les raisons

Ce matin, on a décidé de nous faire entendre afin que la situation soit résolue

Pour dénoncer “un licenciement abusif, massif et illégal”, des travailleurs de l’Hôtel Sheraton ont battu le pavé, ce jeudi 8 septembre  2022, à la devanture du Palais Mohamed V. Ils étaient nombreux à exprimer leur ras-le-bol à la Direction générale dudit hôtel essentiellement composée des étrangers.

Contacté par Guineenews, le secrétaire général adjoint de la Fédération de l’Hôtelerie touristique et restauration, Amadou Diallo, est revenu sur les motifs de cette manifestation spontanée devant la présidence guinéenne.

 “Les raisons de cette manifestation est que l’Hôtel de Shératon avait amené tous ses travailleurs à un congé technique depuis le mois de janvier. Pour motif, ils disent que c’est la rénovation qu’ils veulent faire. Après les six mois, les travailleurs reviennent pour reprendre leur travail. Et à notre fort étonnement, la Direction de l’hôtel a écrit à l’Inspection générale du travail en ce début du mois d’août pour dire qu’ils ont un projet de licenciement  de 157 travailleurs alors que tout le personnel, c’est actuellement 203. Ils ont tous des contrats à durée indéterminée (CDI)”, a-t-il déclaré.

Poursuivant, il a indiqué que : “parmi eux, ils disent qu’ils veulent licencier 157 pour motif économique. Nous, nous avons dit que vous avez envoyé les travailleurs en congé technique et maintenant, vous parlez de choc économique, c’est ce qu’on arrive pas à comprendre. On a demandé à la Direction de l’Hôtel de nous expliquer le motif réel de ce licenciement. Ils nous disent qu’ils ne savent plus quand la rénovation va commencer et quand cela va finir. Nous nous avons dit à l’Inspection générale  du Travail que cela ne constitue pas un motif de licenciement de 157 travailleurs guinéens aujourd’hui”.

Amadou Diallo a affirmé à Guineenews que la Direction de Sheraton, un hôtel de l’homme indien, Ashok, a refusé les injonctions de l’Inspection générale du travail et a bloqué même le salaire du mois d’août de certains travailleurs. D’ailleurs, soutient-il, la Direction “a commencé à appeler les travailleurs pour la signature de la notification de licenciement. Nous aussi, nous avons décidé de partir directement devant la présidence pour attirer l’attention du président de la transition afin qu’il puisse intervenir”.

Le syndicaliste ajoute que “pour le règlement, la Direction avait déjà fait des calculs  à son niveau. Elle a appelé certains travailleurs qui sont venus. Il y avait certains, ils ont caculé le montant à leur niveau.  Et cela n’était pas normal. C’est l’Inspection qui devait faire le décompte. Maintenant, l’Inspection du Travail a demandé à la Direction de l’Hôtel  de déposer la liste de tous les travailleurs (157) avec les salaires de base, les congés non payés et les jours fériés non payés. Donc, c’est ce que la Direction a refusé d’envoyer et elle a bloqué le compte de tous les travailleurs. Alors que la majorité a des prêts dans les banques. Donc, la DRH a décidé de virer les salaires  dans les banques afin qu’elles défalquent carrément tout le règlement. Cela n’est pas normal. Car, les prêts qu’ils ont contractés, c’est écrit noir sur blanc, que si vous perdez votre emploi, c’est l’assurance qui doit payer. C’est pourquoi,  on défalquait un montant à chaque paiement.  Et même lorsque vous contractez le prêt, il y a un montant qu’on décaisse directement au compte de l’assurance. Nous avons demandé à la Direction de ne pas faire cela”.

“Pour l’instant, explique-t-il, c’est l’Inspection qui leur a demandé d’arrêter d’appeler les travailleurs  pour la signature de licenciement jusqu’à ce que la direction remonte les informations.  Mais comme jusqu’hier, on a vu que la Direction a refusé carrément non seulement de déposer les informations au niveau de l’Inspection mais aussi elle a bloqué le compte de tous les travailleurs concernés. Alors, ce matin, on a décidé de nous faire entendre afin que la situation soit résolue. Nous sommes à ce niveau.”

Que compte faire le syndicat ?

A en croire à Amadou Diallo, ancien travailleur à Sheraton, “aujourd’hui, le Colonel Balla Samoura a appelé la Direction de l’Hôtel et l’Inspecteur général du Travail pour convoquer demain une réunion d’urgence. Donc, nous allons nous rendre là-bas. Si on ne se comprend pas, nous allons encore partir à la présidence. On ne va pas arrêter. On va continuer à réclamer jusqu’à ce qu’on soit rétabli dans nos droits”.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...