Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Mamou : fusillade au cours d’une opération de vol de bétail à Soya

Les voleurs de bétail ont encore fait parler d’eux à Mamou. Ce dimanche, une tentative de vol de bétail à échoué grâce à implication de l’équipe de surveillance à Soya. Une fusillade a éclaté entre les deux groupes entraînant la libération des bœufs volés.
Sur les circonstances de l’attaque, Alpha Abdoulaye Barry le chef des surveillants explique «  j’ai eu vent de la présence des suspects dans notre zone de Somidaro. C’est ainsi j’ai alerté un collègue du village situé sur le passage des voleurs. Il était 2h. Il y avait 4 personnes qui convoyaient les bœufs et un autre sur une moto avec un PMAK qui nous repoussait par des tirs. Ceux qui convoyaient les bœufs, arrivés au village suivant, ont intimé mon collègue de quitter sur leur passage à défaut d’être tué. Ce dernier en manque d’arme libéra le passage. C’est après le détenteur du PMAK ouvra le feu sur nous. Je n’avais que 5 cartouches calibre 12. J’ai riposté. Mais après quelques tirs, mes cartouches sont finies. Il nous lança  » si vous continuez à nous suivre, vous allez tous mourir ! » Très déterminées, toutes les équipes de surveillance avaient pris position sur les différents passages. A pieds, j’ai réveillé le commandant de la police communale à Soya centre pour renforcer le dispositif. Il était 4heures« .
De là, les voleurs étaient encerclés par l’équipe de surveillance. Les gendarmes affectés au compte de la sous-préfecture sont postés à Berteya à 25 kilomètres du centre. Ceux là ne pouvaient intervenir. Donc il fallait trouver d’autres alternatives.
Bappa Dian le commandant de la police communale précise «  à 4heures 55, lorsque le motard faisait des va et vient dans le centre, j’ai tapé à maintes fois à la porte des douaniers basés ici. Mais ils dormaient toujours. Puisqu’ils ne se réveillaient pas, j’ai attendu au bord de la route pour barrer le chemin au motard. Il est venu me dépasser à la vitesse de l’éclair. J’ai appelé les gendarmes basés à Tolliri vers où le motard se dirigeait. Pendant qu’ils s’apprêtaient, le motard dépassa leur niveau. J’e les ai donc  intimés d’y veiller certainement le groupe avec les bœufs arrivera à leur niveau. Il était déjà l’aube. Les convoyeurs décidèrent de libérer le bétail pour échapper au contrôle. Ils traversèrent le niveau des gendarmes par la brousse pour disparaitre. C’est ainsi, nous avons récupéré les bœufs et informé les éleveurs dont les propriétaires ont été identifiés« .
Qui pourrait être derrière ces actions ? Un citoyen de la localité a eu le courage de dénoncer le cerveau des voleurs de bétail et qui pourrait être le cerveau des coupeurs de route à Mamou.
 » Depuis l’arrestation, il y’a un mois, de Babaen Peredjo à Somidaro avec trois bœufs volés à Dounet (ce suspect avait écopé de 5 ans d’emprisonnement au tribunal de Mamou), son neveu Ibrahima Sow a menacé que les mamans de beaucoup de personnes vont pleurer. Tout ce qui va être dépensé pour la libération de son oncle sera tiré des bœufs de la zone. C’est Ibrahima Sow avec la complicité de Babaen Herico qui sont les principaux auteurs de ces vols. C’est lui Ibrahima qui détenait le fusil et la moto. Il a l’habitude d’utiliser ses véhicules dans le vol de bétail. A chaque fois, qu’il échoue pendant une opération, il abandonne le véhicule avec le bœuf volé pour fuir dans la nature.
Actuellement, il a trois de ses véhicules saisis à la gendarmerie de Mamou. Il a un autre véhicule abandonné depuis un mois à Dounet. Donc, actuellement il n’a pas de véhicule. Il utilise sa moto dans les opérations. Lui Ibrahima, il est connu par les services de sécurité. Depuis qu’il a perdu ses véhicules, on entend plus des opérations de coupeurs de route à Mamou. Si les autorités veulent aider la population qu’elles mettent main sur lui à défaut les gens vont continuer à souffrir« , dénonce ce citoyen dont nous avons préféré taire le nom pour l’instant.
Les échanges de tirs pendant cette opération n’ont pas fait de blessés du côté des agents de surveillance. Après un entretien à la commune rurale de Soya, les bœufs retrouvés ont été restitués à leur propriétaire.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :