Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Importation des véhicules d’occasion: mystère total sur la société chargée de l’expertise

La lettre circulaire concernant l’importation des véhicules d’occasion en Guinée n’a pas fini de faire parler d’elle. Mais en plus de la mesure jugée trop contraignante par certains, comparativement au niveau de vie du Guinéen, sans oublier l’existence de facilités en la matière, la société chargée de l’expertise est une préoccupation réelle.

Dans la lettre circulaire signée du ministre des Transports Mohamed Keita, en prélude à l’interdiction de l’importation de véhicules d’occasion de plus de 13 ans n’est» à  compter de la mi-juillet, il est indiqué «qu’à partir du 15 juillet 2021, il est institué l’expertise de tous les véhicules et engins routiers avant leur embarquement, à destination de la République de Guinée.»

La même circulaire précise que «la société Eguims SARL est chargée d’assurer cette expertise en amont et en aval de tous les véhicules et engins routiers à destination de la République de Guinée».

Seulement, à propos de cette société, le ministère est total. Autant sur l’existence réelle que les conditions de recrutement de l’adjudicateur. Interrogé sur ce volet du sujet, le secrétaire exécutif de l’AIVOP (association des importateurs des véhicules d’occasion et pièces détachés), déclare que «c’est un flou pour nous ». Ajoutant que «nous venons de la connaître; nous ne savons même pas dans quelles conditions cette société-là a bénéficié de ce contrat d’expertise».

Mais selon M. Cissé, les importateurs n’entendent pas se laisser faire. Pour prendre leurs destins en main, les premiers concernés ont des contre propositions qu’ils veulent mettre à la disposition des interlocuteurs pour les porter auprès du gouvernement. En tout cas, « on a déposé une lettre d’audience auprès du ministre des Transports, pour qu’on se mette autour de la table, afin qu’on soit éclairé sur tout ce qui est en train de se passer », a proposé le directeur exécutif de l’AIVOP.

Reste à savoir quelle suite sera donnée à cette démarche par le département où nos multiples tentatives pour éclairer les zones d’ombres restent pour l’instant sans succès.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...