Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Immersion gouvernementale à Labé : le FNDT apprécie, mais…

Si le front national pour la défense de la transition (FNDT) est perçu comme un soutien à la junte et apprécie l’idée de l’immersion gouvernementale, la structure dirigée par Kéamou Bogola Haba n’acceptera pas tout des militaires au pouvoir. C’est ce que nous a laissé entendre son coordinateur de la région de Labé.
Dans un entretien accordé à Guineenews, Moussa Diallo a déclaré : « pour nous, il était important que le gouvernement vienne vivre le quotidien des « Labéka », comprendre nos difficultés. Comme ça, ils pourront comprendre certaines choses qui étaient cachées par les services déconcentrés et décentralisés. Lorsque le gouvernement veut être proche du peuple, il est important qu’il vienne. Et lors de cette visite, ils ont constaté des choses parfois amères. Il y a eu même des cas de suspension de cadres. On comprend par-là que les choses qu’on leur remontait n’étaient pas des informations exactes. Donc, venir voir comment fonctionnent les choses n’a pas de prix. Même si ce sont des dépenses, elles méritent d’être effectuées. Comme disait le maire, d’abord les membres du gouvernement sont impressionnés par ce qu’ils ont trouvé. Aujourd’hui, les voies publiques sont complètement dégagées, ils comprennent qu’au Fouta, il y a des potentialités. Et du côté des populations, les gens ont un peu changé de mentalité. Après la rencontre entre les membres du gouvernement, il y a des jeunes qui m’ont dit qu’ils ne savaient que ces gens sont aussi compétents, on leur faisait un mauvais procès… »

Par rapport au manque d’engouement, M. Diallo le met au compte d’un contexte qu’il y a au plan national. Vous savez ce que c’est que Labé par rapport à l’opposition et par rapport au précédent gouvernement. Heureusement que les mentalités ont beaucoup évolué. Il n’y a pas eu de couacs entre les populations et les membres du gouvernement. Ce qui du coup, estime-t-il, est une note de satisfaction.
Néanmoins, le coordinateur régional du FNDT reconnaît qu’il y a une certaine « légèreté » en ce qui concerne l’engouement. Avant de soutenir que cela s’explique par le fait que certains citoyens n’étaient pas très bien informés du calendrier du gouvernement, des différentes activités prévues…

Concernant les soupçons sur la volonté de la junte de prolonger la transition, il s’agit de « procès d’intention », juge-t-il avant de déclarer :  « je pense qu’il n’y aura pas de prolongation de la transition ». Et d’avertir que la seule chose qui peut amener un glissement du calendrier, « c’est lorsqu’il y a des tensions, lorsqu’il y a des manifestations, lorsqu’il a des perturbations ».

Par ailleurs, si pour Moussa Diallo, « les 36 mois sont consommés », en ce qui concerne le délai de la transition, il y a des choses que son organisation ne cautionnerait pas. « Ce que le FNDT n’acceptera pas, c’est une confiscation des institutions de la transition. Deuxièmement, le Fndt ne sera pas d’accord lorsque le CNRD va choisir un candidat. Troisièmement, c’est lorsque le CNRD voudra déposer cette période de 36 mois », a-t- prévenu.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :