Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Guinée-Nécro : Ils nous ont quittés en 2023

L’année 2023 s’en va avec ses moments de joie, de peines et de malheurs. En effet, si le pays a fait cette année 2023 un retour progressif sur le plan international, il a perdu beaucoup de ses valeureux fils. Ici dans ce numéro de Guineenews, nous vous récapitulons comme à la fin de chaque la liste et la date de disparition de certains de ces illustres compatriotes arrachés à notre affection.

 Lundi, 25 décembre : décès du journaliste Aly Badara Condé

 Le 25 décembre jour de la fête de Noël, le monde de la presse apprend avec stupéfaction, le rappel à Dieu de notre humble et dynamique confrère, Aly Badra Condé, ABC pour les intimes, au CHU d’Ignace Deen, des suites d’AVC.

Le défunt, Aly Badra Condé, à été qun journaliste aguerri, à la plume très alerte, ayant longtemps travaillé pour le compte du Groupe de Presse « L’indépendant-Démocrate ». De janvier 2022 jusqu’au moment où il a tiré sa révérence, il était le Chef Service Adjoint de la Communication de l’Office Guinéen de Publicité.

Dimanche 10 décembre : l’écrivaine Nadine Barry a rendu l’âme

Le monde littéraire guinéen et l’association des victimes du Camp Boiro étaient en deuil ce dimanche 10 décembre. Nadine Barry est décédée dans la nuit à Conakry. L’écrivaine s’est éteinte à l’âge de 83 ans.

Mère de 4 enfants, elle était la veuve d’Abdoulaye Djibril Barry, mort des suites de tortures en septembre 1972 sous Sékou Touré. Durant sa vie, elle a mené un combat acharné pour retrouver la sépulture de son mari. Nadine Barry est aussi cette écrivaine prolifique à la plume ciselant. Elle laisse une œuvre riche.

En 2016, à l’occasion de la commémoration des pendaisons du 25 janvier 1971, elle avait accordé une interview à un site d’information de la place où elle encore fustigé le premier régime.

Mardi, 05 décembre : l’artiste Mama Diabaté quitte le monde des vivants

L’artiste chanteuse guinéenne Mama Diabaté, « la Biche du Manding » est décédée mardi 5 décembre à Conakry, des suites de maladie. Cette mort a provoqué de la tristesse au sein de la population guinéenne, y compris dans le milieu politique. Cellou Dalein Diallo, le président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, en présentant ses condoléances à la famille biologique de la défunte, a déploré la perte d’une « Icône aux multiples facettes ». Il a utilisé tous les mots pour magnifier les œuvres et le travail de l’artiste qui, selon lui, a émerveillé le monde à travers son art musical.

« C’est avec une immense tristesse que j’ai appris le décès, ce mardi 5 décembre à Conakry, de la chanteuse Mama Diabaté, alias « la biche du mandingue » des suites de maladie. Cette icône aux multiples facettes laissera dans son sillage une empreinte indélébile dans le milieu artistique guinéen. Son talent s’étendait bien au-delà de sa voix envoûtante : elle maîtrisait un éventail d’instruments, du balafon à la kora, du djembé au bolon, du dundun à la guitare. Cette capacité à toucher chaque corde de l’expression musicale, lui conférait une rare dimension éclectique. Son œuvre, une symphonie de diversités et d’authenticité, résonnera à travers les âges, pour toucher les cœurs et inspirer les esprits, à jamais. Je présente mes sincères condoléances à sa famille, au monde artistique et culturel ainsi qu’au peuple de Guinée. Puisse son âme reposer en paix »

Samedi 18 novembre : Elhadj Bademba Barry, le patriarche de Timbo est décédé, à l’âge de 98 ans

Le Diwal de Timbo est en deuil ! Elhadj Bademba Barry, le patriarche dudit Diwal est décédé samedi 18 novembre, à Timbo. Il était âgé de 98 ans.

A cette douloureuse occasion, « Le Diwal de Timbo, la famille karamoko ALFA – Almamy Sory et alliées informent les tékouns et les diwés de Timbi, de Labé et les coordinations régionales de la Haute, Basse, et Guinée Forestière du décès de Elhadj Bademba Barry, patriarche de Timbo à l’âge de 98 ans. »   Son inhumation a eu lieu le dimanche après la prière de 17h à Timbo.

Le Diwal de Timbo présente ses condoléances à tous et prie pour le repos de l’âme d’Elhadj Bademba Barry »

Samedi, 04 novembre : la célèbre journaliste-animatrice, Hawa Touré, « la Gazelle » tire sa révérence  

Ce samedi 4 novembre, alors que les habitants de la capitale Conakry se réveillaient sous des feux nourris qui crépitaient un peu partout dans la Presqu’île de Kaloum, une autre triste nouvelle, cette fois funeste, leur tombait dessus. Hawa Touré, cette égérie des ondes, venait d’être rappelée à Dieu. Journaliste culturelle à la RTG, Mme. Camara Touré, est décédée à l’hôpital Sino-guinéen des suites d’une longue maladie. Née à Dalaba en 1962 et mère de 4 enfants, elle était la fille de feu El Hadj Abdoulaye et de feue Aïssata Koïta.

Vendredi 13 octobre : décès au Maroc de Youssouf Sampil, ancien président des DAF, communément appelé les ‘’518’’

Youssouf Sampil, ancien DAF au ministère des Travaux Publics est décédé le vendredi 13 octobre 2023. Il a rendu l’âme au Maroc où il résidait depuis le coup d’Etat du 05 septembre 2021.  Youssouf Sampil était président des 518, les jeunes DAF du régime Alpha Condé. Il est mort le vendredi d’une crise cardiaque, selon ses proches et l’ancien parti au pouvoir.

Présentant les condoléances aux membres de sa famille politique, l’ancien président Alpha Condé a fait un lien entre le décès de sampil aux évènements du 5 septembre 2021 qui ont mis fin à son règne.

« Je tiens à présenter mes condoléances à tous les militants et militantes du RPG Arc-en-ciel particulièrement à la jeunesse. Youssouf Sampil a été un très grand militant, malheureusement il n’a pas supporté l’évènement du 5 septembre et cela lui a apporté un coup dur dont il ne s’est pas relevé. Il n’est pas le seul dans ce cas, mais Dieu ne dort pas. Je demande aux militants et militantes d’être courageux et d’avoir confiance. Que Dieu accueille Sampil dans son paradis. Que Dieu donne longue vie à sa mère, à ses parents, à sa femme et à ses enfants. La jeunesse doit savoir que Youssouf fut un de ses meilleurs éléments et j’espère que son exemple sera suivi par toute la jeunesse du RPG. Que Dieu sauve la Guinée », a-t-il dit via le téléphone lors de cette assemblée de courte durée

 Mardi 24 octobre : Elhadj Ibrahima Caba Bah décède à l’âge de 92 ans

Elhadj Ibrahima Caba Bah est décédé dans la soirée du mardi 24 octobre 2023 des suites d’une maladie à Konkola, dans la commune urbaine de Labé. Il a tiré sa révérence à l’âge de 92 ans.

Rencontré par notre correspondant, le fils aîné du défunt retracé le parcours de son père.

« Elhadj Ibrahima Caba Bah était un ancien professeur d’université, titulaire d’une licence en chimie obtenue à l’Université de Nancy en France, avant l’indépendance. Il a enseigné en France avant de revenir en Guinée. À l’indépendance du pays, il enseignait au lycée de Conakry. Il a également été professeur à l’école normale de Kindia, l’actuelle école de santé. Plus tard, il a donné des cours à l’Institut Polytechnique Julius Nyerere de Kankan, et il a occupé le poste de proviseur du lycée Gamal Abdel Nasser, aujourd’hui le CFP de Labé. Par la suite, il a été affecté à l’université de Conakry, qui était à l’époque l’Institut Polytechnique Gamal Abdel Nasser. Sa carrière d’enseignant, bien qu’étant chimiste, il s’est intéressé à trois domaines des sciences. Il a traduit le Discours de la Méthode en Poular, a écrit des essais sur l’électrification du Fouta et l’approvisionnement en eau potable à Labé », a-t-il rappelé avant de revenir sur les derniers instants de son défunt père.

« Il est donc décédé ce mardi entre 16h 30 et 17h. Ces derniers temps, il était malade mais restait lucide. Il sortait peu de la maison. Je retiens de lui qu’il a été un père patriote qui a servi son pays. Le référendum de 1958 l’a trouvé en vacances avec sa famille en France. Il est rentré dès la proclamation de l’indépendance avec sa famille. Malgré la possibilité de travailler en France, il préfère retourner dans son pays. En 1961, lors de la grève des enseignants, il a été arrêté et condamné à cinq ans de prison. Sa santé se détériorait et il avait du mal à se déplacer », a raconté Mamadou Lamine Bah.

Le défunt laisse derrière lui cinq enfants. Son inhumation a eu lieu le vendredi 27 octobre 2023, après la prière de 14 heures, dans sa ville natale à Labé.

Vendredi, 08 septembre : Mohamed Camara ASK quitte les terrains de football pour l’au-delà

Le football guinéen encore endeuillé par la disparition de l’un de ses fils les plus prestigieux, qui a consacré sa vie durant, au développement et à la promotion du football guinéen. Mohamed Camara connu sous le sobriquet de Mohamed ASK (tellement que son nom se confondait à son seul et unique club de sa vie) avait le football dans ses veines.

Compagnon émérite de feu Hassan Thermos, ancien président de l’AS Kaloum, lui-même décédé le 06 octobre 2014 des suites d’un arrêt cardiaque, ils formèrent un duo qui a écrit l’une des plus belles pages de l’histoire de ce mythique club de la presqu’île de Gbassikolo, créé sur les cendres du Kaloum Star, quelques années après les célébrissimes Présidents Cheick Abdel Kader Sangare, Sény Mounafanyi, Dominique Traoré etc.

Il convient de rappeler à la mémoire collective que Mohamed ASK et Ibrahima Sory Conté, ancien Président du Horoya AC et ancien vice-président de la Fédération Guinéenne de Football, ont été les chantres de la lutte pour l’admission des Clubs à l’Assemblée Générale de la Fédération Guinéenne de Football en 1998, autrefois composée que des seuls membres des Ligues Régionales de Football.

Mohamed Camara fut donc élu membre du bureau exécutif de la FGF, chargé des équipes nationales de 2003 à 2015 où son expertise et sa fougue de vaincre, ont permis au Syli National de se qualifier pour la CAN Tunisie 2004, Egypte 2006, Ghana 2008 et Gabon 2012.

Il a été à l’épicentre des contacts et démarches administratives pour la qualification de Dian Böbö Baldé, Kaba Diawara et tant d’autres, en équipe nationale.

Quelques mois seulement après le retour du Syli National de Franceville au Gabon, Mohamed fut terrassé par un terrible AVC et fut aussitôt évacué en France pour recevoir des soins intensifs. Malheureusement, la maladie a eu raison de lui le vendredi 08 septembre 2023, aux environs de 12h, au Centre Hospitalier Sèvre et Loire (CHSL).

 Samedi 9 septembre : décès de l’humoriste Sow Baïlo à l’âge de 73 ans

Dans la nuit de vendredi à samedi, l’humoriste et comédien, Amadou Baïlo Sow, plus connu sous les noms de ‘’Sow Baïlo’’ ou Charles Baylor (ou le Rebel de Hamdallaye), s’est éteint à l’âge de 73 ans à l’hôpital de l’Amitié Sino-guinéenne à Conakry, des suites d’une longue maladie.

Sow Baïlo, considéré comme l’un des meilleurs humoristes de l’histoire culturelle de la Guinée, a apporté le sourire aux lèvres des Guinéens pendant de nombreuses années grâce à la qualité des messages véhiculés dans ses performances sur la scène nationale.

Récemment, il avait célébré ses 60 ans de carrière à Conakry en compagnie de ses collègues artistes nationaux et étrangers dont l’humoriste ivoirien Adama Dahico.

Il s’est éteint à l’hôpital Sino-guinéen, après 60 ans de carrière, cet humoriste guinéen a pris sa retraite en 2022. Sow Baïlo est sans doute l’un des plus grands comédiens de l’histoire de la Guinée. Sa santé était fragile ces derniers temps. Il était victime de crises à répétition.

En février dernier, ce doyen de l’humour avait été évacué en Tunisie pour ses soins. L’artiste qui a donné de la joie aux Guinéens pendant des décennies a répondu à l’appel de son seigneur ce samedi 9 septembre 2023

Sow Baïlo laisse derrière lui un héritage comique apprécié par de nombreux Guinéens

Samedi 19 août : l’ex-préfet de Fria, Elhadji Sékou Abdoul Gadiri Tounkara n’est plus !

 L’ancien préfet, Elhadji Sékou Abdoul Gadiri Tounkara a tiré sa révérence le samedi 19 août 2023 à Conakry des suites de maladie. Il avait succédé à feu Douokoro Guilavogui, préfet sortant entre 1996 et 2000 sous le régime de feu Général Lansana Conté. Après la préfecture de Fria, Il fût également préfet de Kindia.

Marié, Elhadji Sékou Abdoul Gadiri Tounkara était père de plusieurs enfants. Son décès plonge la ville dans une grande tristesse.

Le désormais défunt préfet a rejoint sa dernière demeure, le vendredi 25 août à Mankountan, dans la préfecture de Boffa.

Mardi, 15 août 2023 : le géographe Abdoul Goudoussi rend l’âme

Né à Diari à Labé le 20 juin 1940, Abdoul Goudoussi ou Koto Abdoul, comme l’appelaient affectueusement ses amis et proches, a fréquenté l’école primaire de Diari, puis le lycée classique de Donka avant d’aller étudier à l’institut de géographie de l’université Paris-Sorbonne.

Il a commencé sa carrière en enseignant l’histoire et la géographie au lycée technique d’Aubervilliers et à l’école normale de Chartres, avant de rejoindre la Guinée en 1968. Une fois en Guinée, il prend part activement à l’implantation de l’université polytechnique Gamal Abdel Nasser nouvellement créée, qui manquait de professeurs, surtout avec le départ des français suite au contentieux franco-guinéen. À l’IPGAN, il enseigne la géographie et la cartographie. C’est ainsi qu’il a énormément contribué à l’élaboration de la cartographie guinéenne avec des experts de différents horizons. Professeur, vice -doyen et doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l”IPGAN pendant de nombreuses années, il a fini par être entre 2001 et 2005, directeur-fondateur du centre universitaire de Labé où il prend sa retraite avec la fonction publique.

Comme il l’a souhaité, son enterrement a eu lieu, le 15 Août, à Sampiring à 7 kilomètres de Labé, à côté de son père.

Mercredi, 28 juin : Hadja Rabiatou Sérah Diallo est décédée

Ce fut une triste nouvelle qui est tombée ce jour de fête de Tabaski. La syndicaliste Hadja Rabiatou Sérah Diallo est décédée vers 4 heures du matin à l’hôpital Sino-guinéen de Conakry des suites d’une longue maladie. Originaire de Mamou, Hadja Rabiatou Sérah Diallo fut révélée au grand public en 2007, lorsqu’elle menait une grève générale contre la gouvernance de Lansana Conté. Elle était alors la Secrétaire générale de la plus grande centrale syndicale de la Guinée, la CNTG.

A la mort de Lansana Conté, elle deviendra en 2010 la présidente du Conseil National de la plupart, elle sera nommée par Alpha Condé comme présidente du Conseil Economique et Social jusqu’au coup d’état du 5 septembre 2021. Hadja Rabiatou Sérah Diallo était une veuve de 74 ans. Elle avait plusieurs enfants et petits-enfants. Paix à son âme.

Jeudi 8 juin : décès de Chérif Diallo, ambassadeur de la Guinée auprès des Nations unies et des institutions internationales à Vienne 

Chérif Diallo, ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la Guinée auprès des Nations Unies, des Organisations Internationales et de la Confédération Helvétique à Genève, n’est plus. Cette mort a touché le ministre des Affaires Etrangères, Dr Morissanda Kouyaté qui a annoncé : « le décès prématuré » de cet ambassadeur sur sa page Facebook. Il parle de l’un des meilleurs diplomates du pays.

 « Mon département et moi-même, nous joignons nos prières à celles du Président de la Transition, Chef de l’État, S.E Colonel Mamadi Doumbouya, du Premier ministre, Chef du Gouvernement, Dr Bernard Goumou et de tout le Gouvernement, pour le repos mérité de l’âme de ce haut cadre hors-pair », a écrit le ministre des Affaires Etrangères.

La levée du corps avait lieu le dimanche 18 juin à 10h à l’hôpital de l’amitié Sino-guinéen et la prière mortuaire s’était tenue à 14h à la grande mosquée Faycal de Conakry, avant l’enterrement au cimetière de Cameroun, suivi d’une lecture de Coran à 16h au domicile Dr. Alpha Ousmane Diallo, à Taouyah.

Jeudi 22 juin : Aboubacar Camara “Vieux Koumi” décède

 La culture guinéenne venait-là de perdre l’une de ses étoiles. Le célèbre comédien, Aboubacar Camara alias ‘’ Vieux Koumi ‘’ est décédé à l’âge de 69 ans. L’information avait été donnée par les parents du défunt.

Longtemps alité sur son lit de l’hôpital au CHU de Donka, la maladie a finalement eu raison de lui ce jeudi 22 juin. L’artiste souffrait d’une insuffisance rénale. Quelques semaines avant son décès, les voix s’étaient levées pour lui venir en aide. Mais vain. Son état de santé allait de mal en pis. Le comédien a rendu l’âme dans une clinique privée au quartier de Gbessia, dans la commune de Matoto.

Le défunt était un éminent talent qui a longtemps marqué les téléspectateurs à travers ces rôles dans plusieurs films. Il laisse derrière lui une veuve et huit enfants

Jeudi 16 mars : le rappeur Nondi K du groupe Fac. Alliance n’est plus !

Le monde de la culture guinéenne était en deuil ce jeudi-là. Le rappeur et animateur culturel, Abdel Kader Sylla (de son nom de scène Nondi K) est décédé à Conakry dans la nuit du jeudi 16 mars 2023, des suites de maladie. Le défunt était membre du groupe Fac. Alliance. Il a commencé le rap au sein des Bad Boys dans la ville de Kindia.

Nonki K s’est installé à Conakry en 1993 pour faire ses études supérieures à l’Université Gamal Abdel Nasser. Et, la même année, il fonde avec Pap G le groupe Fac. Alliance.

A travers leur musique, les deux amis se font une renommée dans le milieu universitaire. Ils font la rencontre du troisième élément du groupe, Master X, en 1996. Et trois ans plus tard (en décembre 1999), le groupe entre en studio pour enregistrer son premier album intitulé « Lougagnyi » qui fera un véritable carton sur le marché du disque de l’époque. Nondi K est toujours, avec sa voix grave, resté comme l’un des maillons forts de ce groupe qui a bercé des générations de Guinéens.

Abdel Kader Sylla, alias Nondi K, est aussi l’animateur vedette de l’émission ‘’Max Hip Hop’’ à la RTG. Une émission hebdomadaire à grande écoute où cet artiste fait la promotion du rap et des rappeurs guinéens.

 Jeudi 9 mars : Lansana Boffa Camara le maire de Fria, est décédé 

 Jusque-là maire de la Commune Urbaine de Fria, Lansana Boffa Camara a tiré sa révérence. Décès survenu le jeudi 9 mars 2023, à Conakry des suites de maladie.

Bien que feu Lansana Boffa Camara soit originaire de la préfecture de Boffa, il sera enterré à Fria où il était en service.

Lundi 17 avril : Blandine Komassa du mythique groupe les Zawagui, rend l’âme en plein sommeil

Triste nouvelle pour la culture guinéenne. Blandine Komassa Guilavogui, membre du groupe les ‘’Zawagui’’, considérée comme l’une des plus belles voix en Guinée, a été retrouvée morte au matin de ce lundi 17 avril à son domicile à la cité ENCO5.

Pour la circonstance, un membre de la famille explique comment cette icône a trouvé la mort : « la mort de Blandine est une grande perte pour nous, mais on n’y peut rien. C’est la volonté de Dieu. Elle s’est toujours plainte de son pied, qui remontait jusqu’au niveau de son corps. Selon ceux qui étaient là, à la veille de sa mort, elle est sortie se promener à sa rentrée, elle a demandé la mangue et c’est ce qui fut fait. Puis, elle est rentrée se coucher et la nuit elle a rendu l’âme », avait expliqué Robert Guilavogui.

François Guilavogui alias François 1er est l’oncle de la défunte, en même temps un des managers du groupe. Il a laissé entendre qu’il y a plusieurs années que Blandine était malade sans aucune assistance des autorités. « On a monté le projet, on a déposé dans différents ministères, on nous dit toujours patientez et aujourd’hui elle est partie. Il y a plus de 10 ans qu’elle était malade », avait-il dénoncé

Blandine Komassa Guilavogui laisse, deux enfants dont une fille et un groupe démembré.

 

30 avril 2023 : Dr Aboubacar Gueye, médecin sportif et ancien basketteur a rendu l’âme

 Dr Aboubacar Gueye affectueusement appelé Dr Goose, a rendu l’âme le dimanche 30 avril 2023 à l’hôpital Ignace Deen où il a été admis aux urgences un jour avant. Après son parcours sportif avec le Syli Basket où il fut capitaine et ses études supérieures, le défunt a été le médecin des différentes équipes nationales de Guinée, toutes disciplines confondues.

En 1975, Dr Gueye a été affecté au niveau du Hafia football club de Conakry et le Syli national en qualité de médecin sportif. Il a vécu les deux derniers triomphes du champion d’Afrique 1975 et 1977, avant la première consécration de 1972 au Nakivubo stadium de Kampala. Dr Goose a travaillé dans la commission antidopage de la CAF et la FIBA avant sa mort. En 1975, il a été nommé Directeur du Centre National de Médecine du Sport après avoir reçu son Doctorat en Médecine du Sport. Il fut le premier Guinéen à occuper ce poste après le départ de l’Allemand Docteur Schneider.

C’est pourquoi on l’appelait le père fondateur de la médecine du sport en Guinée. C’est une perte énorme pour cette corporation. Nous présentons les condoléances les plus attristées aux familles biologiques et sportives ainsi qu’à tout le peuple de Guinée.

Samedi 15 avril : le chanteur Salif Kaba du Bembeya rejoint Demba Camara

Le chanteur Salif Kaba dit ‘’Kabisko’’ est décédé le 15 avril 2023 aux environs de 4 heures du matin chez l’un de ses fils à Matam.  Un dernier hommage lui a été rendu au cours du symposium organisé le dimanche 23 avril de 10h à 12h après la cérémonie de levée du corps à la morgue de l’hôpital Ignace Deen à Conakry. Le gouvernement a été représenté par une forte délégation conduite par le ministre de la Culture et du tourisme, Alpha Soumah.

Il a rejoint sa dernière demeure le même jour au cimetière de Cameroun après la prière musulmane en la Mosquée Fayçal.

« Bien triste coïncidence, écrit le banquier et consultant sportif Thierno Saïdou Diakité sur sa page Facebook, alors que nous nous apprêtions à célébrer l’an 62 de la création du Bembeya jazz national, la terrible nouvelle de la disparition du chanteur Salif Kaba membre fondateur de cette formation musicale est tombée par la voix de Elhadj Sékou Legrow, l’administrateur du groupe ». Salif Kaba rejoint son binôme Demba Camara (mort le 5 avril 1973, Dakar, Sénégal) avec lequel il a fait du célèbre groupe de jazz national de Guinée, l’un des plus populaires d’Afrique.

Né en 1943, il est issu de la famille Kaba de Kankan. Époux, père de 8 enfants dont un garçon et grand-père de 11 petits-fils, il a participé à toutes les grandes campagnes et succès du Bembeya.

Dimanche 09 avril : l’ex-Première Dame Djènè Kaba Condé s’est éteinte

Hadja Djènè Kaba Condé, ex-Première Dame de la Guinée est décédée le samedi 8 avril 2023 à Paris, par suite de maladie. Selon la presse, son mal était connu et elle aurait rejoint la France pour des soins avant même la chute de son époux, le 5 septembre 2021. « Je savais qu’elle n’était pas bien portante mais, je n’avais pas appris qu’elle était gravement malade. Nos condoléances à toute la nation guinéenne. On ne peut rien contre la volonté de Dieu. Dans la vie chacun attend son tour. Que la terre lui soit légère », peut-on lire sur le site d’APA news, rapportant les propos de Saloum Cissé, secrétaire général du parti d’Alpha Condé.

Dans un communiqué de la Présidence de la République de Guinée publié le dimanche 9 avril 2023, le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, a regretté la perte d’une femme qui aura marqué son temps, saluant avec déférence l’humanisme de cette dernière.

« Le président de la transition voudrait ici rendre hommage à une grande dame de conviction, d’un humanisme débordant, qui a œuvré de toutes ses possibilités pour apporter une touche particulière à l’émancipation de la femme guinéenne et la protection de la petite enfance » est-il dit dans le communiqué.

Toujours selon APA News, dans une note adressée à l’ambassade de France, l’ex président Alpha Condé aurait émis le souhait que les autorités de Guinée ne soient mêlées aux funérailles de son épouse.

En rappel, Djènè Kaba Condé est née en 1960. Elle a été la Première Dame de la Guinée pendant onze ans, soit de 2010, année d’ailleurs de son mariage avec l’ex président Alpha Condé, au 5 septembre 2021, date de la chute de son conjoint, renversé du pouvoir par le colonel Mamadou Doumbouya. Avec Alpha Condé, ils n’eurent pas de rejeton. Cependant, Djènè Kaba Condé était partie laissant derrière elle trois enfants, dont deux filles et un garçon, tous issus de son premier mariage.

 Lundi 27 mars : décès d’El Hadj Ousmane « Sans Loi »

La triste nouvelle était sur toutes les lèvres le lundi 27 mars. El Hadj Ousmane Baldé dit « Sans Loi », est décédé « d’un arrêt cardiaque ». Grand opérateur économique du pays, le 26 décembre 2022, il a été intronisé comme Coordinateur des Fulbhé et Haali-Pular de Guinée au cours d’une cérémonie solennelle au Stade Général Lansana Conté de Nongo.

Très ému, son neveu, Lamine Baldé dit « Parisien », a tenu ce jour-là à témoigner et à expliquer les circonstances de cette brusque disparition au micro de certains confrères « C’est une grande perte pour la famille, une grande perte pour la nation ». Hier soir, explique Lamine, après la prière de la nuit effectuée durant le Ramadan, il a piqué « une petite crise et il est parti quelques minutes après, c’était très rapide. Il a jeuné, il a rompu le jeûne. Comme tout le monde, il a fait le Naafila (prière de la nuit). C’était vraiment trop rapide. Il n’a pas souffert du tout. Il ne se plaignait de rien du tout, ces derniers temps.  Il est passé hier la journée à travailler, à recevoir les gens, comme d’habitude, on ne constatait rien du tout (…) Je crois qu’il a eu un arrêt cardiaque »

Lamine Baldé qui a été très proche d’El Hadj Ousmane Baldé dit « Sans Loi », retient de lui comme « un homme juste, un homme qui voulait la justice pour ce pays ; c’était un homme qui luttait contre l’injustice » en Guinée.

Samedi 28 janvier : décès de l’ancien ministre guinéen de la justice, Bassirou Barry

Il est décédé le samedi 28 janvier, à Abidjan. La nouvelle de son décès a été annoncée par la famille Barry de Dabola dont il était présenté comme le doyen.

Pour rappel, le défunt fut ministre de la Justice, Garde des Sceaux sous le règne du président Lansana Conté. Il était également avocat au Barreau de Guinée. Le procès de l’attaque du domicile de l’ex-président Alpha Condé où il avait défendu Almamy Aguibou Barry, est l’une des dernières affaires où il s’était constitué avocat en Guinée

L’ex-ministre de la Justice Garde des sceaux, Bassirou Barry, l’un des premiers civils à occuper ce poste sous l’ancien président Lansana Conté après le coup d’état de 1984, est décédé le samedi 28 janvier 2023 à Abidjan (Côte d’ivoire).

Fils d’Almamy Aguibou et frère de l’ancien ministre de l’Education Nationale Diawadou Barry (1958-1961, puis ministre de l’Economie et des Finances de 1961 à 1963), il est descendant de la famille Soriya du Fouta théocratique.

Né à Dabola, octogénaire, avocat, Bassirou Barry était le doyen de sa famille élargie. Sa disparition est commentée par l’homme politique Bah Oury, leader de l’Union des Démocrates pour la Renaissance de la Guinée (UDRG) comme la « chute d’un baobab ».

« Un des baobabs de la vie politique et sociale de la Guinée a tiré sa révérence. Maître Barry Bassirou, ancien ministre de la Justice, frère de feu Barry Diawadou, opposant au régime de Sékou Touré, doyen de la communauté de Dabola et doué d’un esprit critique n’est plus ».

Dimanche 22 janvier : le Col. Bondabon Camara passe l’arme à gauche

L’ancien préfet de Dubréka sous le CNDD, le Colonel Mamadouba Bondabon Camara, n’est plus ! C’est une information que nous tenons d’une source proche du défunt qui précise que son décès est survenu ce dimanche 22 janvier 2023, des suites de maladie, à Conakry.

Selon nos informateurs, cet officier supérieur de l’Armée guinéenne rejoindra sa dernière demeure le vendredi, après la prière de 14H, dans son Dubréka natal.

Rappelons que le Colonel Mamadouba Bondabon Camara faisait partie des officiers militaires arrêtés au lendemain de l’attaque du domicile privé de l’ancien président Alpha Condé le 19 juillet 2011, à Kipé. Il sera jugé avant de bénéficier d’une liberté provisoire pour raisons de santé.  En décembre 2015, lui et 170 autres détenus ont été graciés par Alpha Condé.

Lundi 16 janvier : décès à Conakry du célèbre acteur et comédien, Kolon Sodia (Source)

Le célèbre humoriste Almamy Kouyaté, célèbre sous le petit nom de ‘’Kolon’’ ou de N’Kôrô Mamoudou de la troupe Sodia, est décédé le lundi 16 janvier. C’est le journaliste animateur culturel et ancien Directeur national des Arts et de la Culture, Jean-Baptiste Williams qui l’a annoncé sur sa page Facebook. Décès survenu dans l’après-midi du lundi 16 janvier 2023, des suites de maladie à l’hôpital de l’amitié Sino-guinéenne.

Né en 1955, l’artiste Kolon Sodia a été révélé au grand public à travers la troupe artistique Benso Sodia. Son décès survient quelque six mois après celui de son jeune frère Mamoudou Kouyaté, dit ‘’Kountoko’’, qui fut aussi un comédien émérite également.

Mercredi 11 janvier : le célèbre météorologue guinéen Saïbou Texan Camara est décédé

C’est son ancien collègue de la RTG Fodé Tass Sylla qui a fait l’annonce sur sa page Facebook.  Le personnel de la météo nationale et le monde des médias guinéens sont en deuil. Le célèbre chroniqueur scientifique Saïbou Texan Camara est décédé dans l’après-midi du mercredi 11 janvier 2023, à l’hôpital Ignace Deen, des suites de maladie.

Homme de sciences, de culture et des arts, l’agent de la Direction générale de la Météorologie, Saïbou Texan Camara s’est infiltré et installé sur le podium de la célébrité locale et internationale, pour avoir eu le génie (impensable à l’époque) d’introduire et d’imposer dans la conscience populaire guinéenne à travers la Radiodiffusion et la Télévision nationales, la notion et la culture de la météo.

Victime d’une crise qui l’a plongé dans un coma irréversible, notre Texan national était alité à l’hôpital Ignace Deen depuis jeudi 5 janvier. Et ce mercredi, après un rude combat pour la survie, il a rendu le dernier souffle.

Lundi 2 janvier : mort d’Ahmed Kourouma, chroniqueur au Groupe Hadafo

L’ancien homme politique et chroniqueur dans l’émission les « Grandes Gueules » d’Espace Fm est décédé le lundi.  La disparition d’Ahmed Kourouma est une grande perte non seulement pour le groupe Hadafo de Lamine Guirassy mais aussi pour la presse guinéenne. Désormais, il laisse un grand vide dans le paysage médiatique guinéen. Connu pour son franc-parler, il était presque l’ami de tous avec ses positions souvent tranchées

A propos de lui, Boubacar Yacine, le président de la Haute Autorité de la Communication disait : « …je revois le journaliste « caporaliser » les « Grandes Gueules », en accaparant la parole quand il le veut, même de la bouche du patron Lamine Guirassy.

Ahmed savait prendre la parole, jongler avec dans son parler cru et bien plus dans son français à lui, châtié et riche en vocabulaire. Il savait aussi la restituer avec élégance à ses collègues co-animateurs qui lui vouaient un respect contagieux. Ahmed savait aussi déplaire lorsque sa conviction était assise que la roue tourne à l’envers. Certains le croyaient « arrogant ». En réalité, il voulait dire les choses comme elles se présentaient dans toute leur nudité sans effet de style.
Ahmed était enfin cet homme de culture qui avait fait de la lecture son sport favori. On le remarquait aisément toutes les fois qu’il prenait la parole avec sa grosse voix qui faisait frémir le micro. Il manipule les mots comme le légendaire Pelé manipule le ballon. La mort d’Ahmed survient à la veille de l’inhumation de Pelé. Dormez tous deux en paix ! 
»

Une compilation de Louis Célestin

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...