Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Guinée : le ministère des Mines veut voir clair dans la gouvernance des compagnies minières

Incontournable pour son apport dans l’économie nationale, le secteur minier Guinéen reste particulièrement miné par la mauvaise gouvernance. Tant sur les questions d’emplois que sur le  paiement des taxes, sans oublier le débat sur le volume réel des minerais exportés. Une problématique que le ministère des mines semble déterminé à prendre à bras le corps, en demandant aux société minières de lui faire le point sur la situation, en référence aux articles 108 et 109 du code minier guinéen.

Où en est-on dans la procédure initiée par le ministère des mines en vue de vérifier le niveau de conformité des entreprises minières aux dispositions légales se rapportant entre autres au contenu local? C’est une question qu’on est en droit de se poser, une semaine après le délai indiqué dans la lettre adressée aux sociétés minières opérant en Guinée, à cet effet.

Pour rappel, dans une correspondance en date du 25 février dernier, signée PO de son secrétaire général, le ministère des mines et de la géologie a demandé un certain nombre d’informations aux sociétés minières évoluant en Guinée. Le document reçu par Guinéenews précise que ces informations  devaient lui  parvenir « au plus tard 2 mars 2022 à 12 heures».

Quant aux informations sollicitées, ce sont: «la liste du personnel Guinéen et étranger, un descriptif des postes occupés par le personnel expatrié assorti de la durée de l’emploi, une copie du permis de travail du personnel expatrié, le rapport annuel de production assorties de la situation des coûts d’opération, la preuve des paiements des impositions dues », et enfin «le plan et le chronogramme précis du transfert de compétence et de guinéanistion»

Des questions simples à premières vue mais plutôt compliquées en réalité. En tout cas, de ce que l’on sait, au moins certaines de leurs réponses restent toujours attendues. «Les sociétés ont commencé à répondre au courrier. Mais pour le moment on ne peut pas savoir si tous les 6 points qui y figurent sont dans les dossiers réponse qui sont venus. On va faire l’état des lieux »,  répondent nos sources aux départements en charge des mines.

Une flexibilité quelques peu compréhensible pour un départ. Pourvue qu’elle ne meuve pas en laxisme, ou au pire des cas, en complicité entre l’administration publique et des investisseurs véreux qui promettent monts et merveilles au pays juste pour s’introduire alors que le vrai agenda est celui de piller nos ressources.

A suivre.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...