Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Fièvre Marburg à Gueckédou : voici la version du médecin ayant reçu le malade

Récemment débarrassée de la fièvre à virus Ebola et de la fièvre lassa, une nouvelle épidémie vient de s’annoncer dans la préfecture de Gueckédou, précisément dans le district de Tèmessadou M’boket, causant la mort d’un père de famille âgé de 46 ans.

Informées de la situation, les autorités sanitaires se sont rendues sur le terrain pour des prélèvements. Les tests effectués dans les laboratoires viraux de Guéckédou et celui de Conakry ont révélé un cas positif de la fièvre Marburg, une autre maladie virale peu connue en Guinée.

La région forestière, qui était l’épicentre de la fièvre Ebola et de Lassa, est de nos jours confrontée à l’apparition d’une nouvelle épidémie appelée fièvre Marburg. Cette nouvelle maladie hémorragique est apparue à Tèmessadou M’boket, un district de la sous-préfecture de Koundou, situé à 54 kilomètres de Gueckédou.

A date, plus de 13 personnes sont sous contrôle sanitaire et suivies par les agents de santé. L’épouse du défunt est quant à elle en cavale. Mais grâce à la sensibilisation et à la collaboration de tous, le village où elle serait réfugiée est localisé, selon le préfet de Gueckédou.

L’agent de santé ayant effectué les premiers soins a expliqué l’état dans lequel il a reçu le patient bien avant sa mort.

« J’ai fait le test TDR qui était positif. Ensuite, j’ai constaté que ses lèvres étaient rouges. Parce qu’un problème de sang est compliqué au niveau de la bouche. J’étais en face d’un saignement dont je ne pouvais pas connaitre l’origine.  J’ai dit qu’il est préférable qu’on transfert le malade », a expliqué Félix Sandouno, agent de santé à Tèmessadou M’Boket.

À lire aussi

Guinée : « La Révolution des Esprits »

Transition : les calculs à courte vue de Dalein ?

Par ailleurs, selon le président du district de Tèmessadou, le patient qui serait mort de la maladie Marburg, avait une dépression mentale. Faya Moussa Milimono explique sa perception du saignement chez le défunt.

« Il avait une dépression mentale. S’il était dans cet état, il ne dormait pas. Après sa mort, un saignement a été remarqué au niveau de sa bouche. On s’est dit que c’est le fait qu’il cognait sa tête qui a causé ce saignement. Mais à notre grande surprise, on nous a appelé de Conakry, pour nous dire de ne plus toucher au corps », a-t-il.

Cette annonce a créé la psychose chez la population de la localité. Le corps du défunt a bénéficié d’un enterrement digne et sécurisé afin d’éviter d’éventuelles contaminations.  « Quand les agents de la croix rouge sont arrivés pour l’enterrement, les gens avaient la peur au ventre. Et après l’enterrement, on nous a appris qu’une mission venait de Gueckédou et de N’Zérékoré. On était déjà prêts à quitter le village », a dit le chef du district.

Plus de 13 contacts sont aujourd’hui identifiés dont l’épouse du défunt qui a pris la poudre d’escampette. Le village est donc mis en quarantaine pour couper la chaine de transmission.

« Dès qu’on a reçu l’information, le village a été complétement bloqué. Concernant l’épouse du défunt, c’est le dimanche que j’ai reçu cette information concernant sa localisation mais des dispositions sont déjà prises. On vient de nous indiquer le village où se trouve la femme. Nous allons envoyer les gens pour la sensibiliser afin qu’elle passe à l’hôpital pour qu’elle bénéficie des observations faites chez les autres contacts et je suis sûr que nous allons encore réussir cette mission. Au moment où je vous parle, le village est mis en quarantaine », a rassuré Tamba Nestor Tonguino, préfet de Gueckédou.

Moussa Kounady Camara

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...