Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

État des dortoirs de l’université de Labé : la ministre de l’enseignement supérieure est choquée

Invitée spéciale ce Lundi 07 février 2022 de l’émission « les grandes gueules » de nos confrères de la radio Espace Guinée, la ministre de l’enseignement supérieure et de la recherche scientifique est longuement revenu sur sa récente tournée à l’intérieur du pays notamment sur l’état des dortoirs de l’université Hafia de Labé. Des dortoirs qui ressemblent à des abris de SDF (sans domicile fixe) et dont les images ont fait la risée sur les réseaux sociaux.

« On a été très choqué, personnellement ; après le passage dans les dortoirs, j’ai vu les étudiants autour de moi et j’avais perdu mes mots. Dans ma délégation, il y avait des personnes qui étaient tellement touchées qu’elles étaient presque les larmes aux yeux. Et puis on s’est demandé comment on peut former des élites dans ce sens. En tant que mère, en tant qu’épouse et en tant qu’enseignante, ça m’a touché à un point que je ne pouvais pas l’imaginer en fait. Je sais qu’aujourd’hui il peut être qu’il y a beaucoup d’institutions dans la même situation mais qu’on ne verra pas. Si on n’était pas parti, peut -être qu’on aurait jamais su » déclare docteur Diaka Sidibé.

Pourtant, la politique des dortoirs a été revue en République de Guinée. Une situation bien connue par la ministre de l’enseignement supérieure et de la recherche scientifique : «  çà disparu parce qu’on était depuis 2007, je pense qu’on est parti dans le système externat. Donc, aujourd’hui peut être les réflexions, nous sommes en train de le faire parce qu’après cette tournée là, on s’est rendu compte quand même qu’il faut créer un cadre de vie » soutient-elle.

Visiblement, la tournée du ministre de l’enseignement supérieur à porté fruit. « Avant la mission, sincèrement nous avions nos priorités parce qu’aujourd’hui nous avons une feuille de route balisée sur 4 axes. Il y a la gouvernance au niveau du département mais au niveau déconcentré par rapport à toutes nos EPA. Ensuite, il y a l’enseignement supérieur, les réformes, l’enseignant, l’enseignement, les étudiants, les processus par rapport aux orientations. Ensuite on a le volet, le troisième c’est vraiment sur la recherche scientifique et l’innovation technologique. Le quatrième volet non négligeable, souvent on passe à côté ; c’est la coopération Afrique – international ; mais aussi le partenariat public – privé » rappelle docteur Diaka Sidibé.

« Donc, on avait vraiment ces chantiers là balisés ; par exemple on veut réhabiliter les institutions d’enseignement supérieur dans les 4 régions naturelles ; on veut mettre en place les espaces numériques du travail, on veut créer un profil étudiant – entrepreneur, … donc on avait ces idées là. Lorsqu’on est passé, on s’est rendu compte qu’il y a des problèmes communs dans toutes les institutions ; mais il y a aussi des disparités et il y a des institutions où on pensait que le besoin était plus infrastructurel, on s’est rendu compte que le besoin se situe ailleurs. D’autre ou on pensait que  c’est en termes de formation, on s’est rendu compte que le besoin est plus cet effectif pléthorique. Donc, cette tournée-là, je suis sur que ça nous a un peu formater » reconnaît madame la ministre de l’enseignement supérieure et de la recherche scientifique.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...