Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Enseignement technique : Comment combler le vide laissé par les enseignants mis à la retraite ?

Une mission du ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle s’est rendue le 8 février 2022 à l’Ecole régionale des arts et métiers (ERAM) de Coyah sise au quartier Bentourayah, dans la commune rurale de Manéah. Conduite par le Secrétaire général du département, Dr Youssouf Boundou Sylla, cette mission de visite, qui s’inscrit dans le cadre des réformes engagées par le ministre Alpha Bacar Barry, avait pour objectif de montrer aux partenaires que sont l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) et TotalEnergies Marketing Guinée l’ERAM de Coyah pour voir comment ils vont travailler en synergie pour la formation des formateurs et des apprenants.

« Cette visite s’inscrit dans le cadre des grandes réformes que le ministère, à travers le ministère de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, M. Alpha Bacar Barry, a entamées depuis notre arrivée à la tête de ce département. Nous sommes en train de réunir tous les partenaires disponibles qui peuvent nous accompagner dans le cadre de la réalisation de ces réformes », a indiqué Dr Youssouf, avant d’expliquer que le département, qui a enregistré le départ à la retraite de plus de la moitié de son personnel enseignant, a besoin des formateurs : « Le 31 décembre, on a eu 60% de notre corps professoral qui est allé à la retraite. Donc le problème de formation des formateurs se pose avec acuité. Comment assurer la succession ? Nous sommes en train de réfléchir sur des stratégies opérationnelles qui vont nous permettre d’avoir un milieu important pour pouvoir combler le déficit causé par le départ massif à la retraite. Donc cette visite s’aligne en droite ligne avec cette vision. Aujourd’hui on a déjà fait un premier travail avec nos amis de l’ONUDI et de TotalEnergies qui sont venus nous accompagner. Ensemble on voir comment on va créer une synergie des forces pour faire en sorte que nous assurions une formation de qualité pour nos formateurs, mais aussi à nos apprenants pour qu’une fois gradués qu’ils puissent être opérationnels sur le marché de l’emploi. »

Stavros Papastavrou, spécialiste du développement industriel à l’ONUDI, a fait savoir que son institution va accompagner le département de l’Enseignement technique dans le renforcement de capacités des formateurs, mais aussi des apprenants, rendre l’établissement opérationnel afin de permettre étudiants finiront d’être opérationnels sur le marché de l’emploi et avoir le travail qu’il faut.

« On a compris que le Gouvernement a des apports en équipements. Notre apport, c’est de voir d’abord ce qui est manquant dans la liste de ces équipements, comment combler ce vide là et comment aider le Gouvernement dans la maintenance et l’utilisation et la gestion des équipements qui viennent », a-t-il conclu.

Lire vidéo :

 

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :