Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Enseignement supérieur : La 44e session des comités consultatifs interafricains du CAMES s’ouvre à Conakry

Les Comités consultatifs interafricains (CCI) tiennent leur 44e session à Conakry.
Cette session a été lancée le 28 juillet 2022 à Conakry par le Premier ministre par intérim, le Dr Bernard Goumou. Cette rencontre qui prendra fin le 30 juillet prochain, a réuni des scientifiques venus des 19 pays membres du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES).

 

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Dr Diaka Sidibé, a fait savoir qu’en 2020, les candidatures de la Guinée au concours du CAMES était de 20, contre 58 dossiers cette année: « La présence guinéenne dans les concours du CAMES croît d’année en année grâce à forte campagne de sensibilisation menée par le ministère au sein des institutions supérieures et de recherche.  Nous enregistrons une croissance des candidatures. Au titre de la présente session, les institutions de notre pays ont présenté 58 dossiers de candidatures aux différents grades toutes spécialités confondues. Il convient de rappeler qu’en 2020, les candidatures guinéennes s’élevaient seulement à 20. Ce qui, vous conviendrez avec moi, ne devrait pas refléter toute la partition que doit jouer la République de Guinée au sein de cette instance qui est le CAMES. A date, un très grand nombre d’enseignants chercheurs et chercheures en poste dans nos institutions d’enseignement et de recherches sont déjà inscrits sur les listes d’aptitude du CAMES. »

C’est donc un résultat satisfaisant obtenu grâce à de louables efforts, mais, dit-elle, la Guinée ira au-delà pour se positionner à très court terme, ne serait-ce que dans la moyenne des statistiques sous régionales. « Car notre ambition à long terme c’est d’être parmi les références statistiques sur le plan quantitatif que sur celui de la répercussion réelle sur la qualité de notre enseignement », souligne-t-elle, avant de rassurer les membres du CAMES de sa volonté de qualifier le système d’enseignement du pays : « Soyez rassurés que notre département est résolument engagé pour la qualification du système d’enseignement et de recherche à travers un certain nombre d’actions à savoir : la promotion de la recherche et des publications de qualité ; le rehaussement du niveau des enseignants chercheurs et chercheures, l’intégration africain et internationale. »

Le Secrétaire général par intérim du CAMES, Pr Napon Abou, est revenu sur les travaux qui seront faits les trois jours à Conakry : « Outre la coordination de la présentation  des travaux en ligne des CTS  aux membres du CCI, le Secrétariat général du CAMES entend présenter lors de cette assise le point sur les activités des programmes statutaires réalisées, notamment les conclusions  des sessions du Conseil des ministres du CAMES tenu à Kinshasa ; l’évaluation du concours d’agrégation des sciences juridiques, politiques, économiques et de gestions. Cette rencontre servira  également de cadre au renouvellement des membres de la commission  d’éthique et de déontologie  ainsi que ceux du Conseil de l’ordre international des membres de l’académie du CAMES ».

Au total, ce sont 2360 candidatures  qui ont été enregistrées à l’occasion de cette 44e session. Ces candidatures proviennent de 96 universités de 14 pays membres du CAMES. Et c’est la Côte d’Ivoire qui a le plus déposé de candidatures avec 786 dossiers, suivie du Sénégal 275, du Bénin 271, du Burkina 202, du Congo 128, du Cameroun 160, du Niger 109, du Togo 107, du Gabon 104, entre autres. La Guinée, quant à elle, a déposé 59 candidatures.

 « On dénombre ainsi 382 candidatures féminines aux différentes nécessités d’aptitude du CAMES. 202 experts ont été mobilisés du 4 au 24 juillet 2022 dans le strict respect des procédures du CAMES pour évaluer toutes les candidatures dans le cadre des 8 comités techniques spécialisés (CTS) qui se sont déroulés en ligne. Il revient à présent à notre auguste instance d’examiner et valider les résultats des délibérations souveraines des CTS», a indiqué le président du Comité consultatif général du CAMES, Pr Ahmadou Aly Mbaye.

Dans son intervention, le Premier ministre par intérim, le Dr Bernard Gomou, a déclaré que le Gouvernement guinéen s’engage à conforter la place de la Guinée à travers son ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, dans la coopération scientifique, technique et culturelle « afin de soutenir l’émergence du continent africain ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...