Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Education/Labé : les contractuels rejettent le concours et exigent une prise en charge

Des enseignants contractuels de la région administrative de Labé qui se retrouvent au sein du mouvement des enseignants contractuels de Guinée ont battu le pavé ce mercredi 02 mars 2022 dans la commune urbaine. Ils protestent contre le concours de recrutement. Ces contractuels pensent que c’est « manœuvre diabolique » de certains cadres qui voudraient insérer d’autres personnes qui n’ont jamais été contractuels, a appris Guineenews.

Kanté Dinné Baillo, enseignant contractuel à Popodara, est dans tous ses états : « l’objet de la manifestation, c’est du fait qu’on a vu que vraiment depuis 2018, on est sur le terrain. On avait été évalué sur le terrain, on a les papiers qui attestent que nous sommes vraiment des contractuels de l’Etat. On n’avait même pas bénéficié de la prime d’encouragement ici à Labé ; mais on n’a pas abandonné les enfants. On a continué à dispenser les cours. Mais, de nos jours, on voit qu’ils veulent nous mettre à l’écart en organisant un concours pour insérer leurs proches », dénonce-t-il.

Au début, ce sont 8 000 enseignants contractuels qui ont été recensés. Mais contre toute attente, c’est un total de 25 000 enseignants qui a été publié lors de la dernière révision. Voilà pourquoi les contractuels crient à la fraude. « Même la sélection qu’ils ont faite la fois passée, on a vu beaucoup d’anomalies qu’on ne pouvait jamais imaginer qu’un cadre du ministère pouvait le faire. C’est inimaginable. Comprenez par-là que la corruption gangrène vraiment l’État guinéen et nous ne voulons plus que cela continue parce qu’on a vu qu’ils veulent organiser un concours juste pour nous écarter et mettre leurs copains, leurs petits-frères et sœurs. C’est ce que nous ne voulons pas. C’est ainsi qu’on a pris l’initiative de manifester », insiste-t-il.

« La manifestation d’aujourd’hui, c’est au nom de toute la région administrative de Labé. On a marché de la préfecture à la DPE (direction préfectorale de l’éducation), de la DPE à l’IRE (inspection régionale de l’éducation) et on a marché pacifiquement. Le DPE n’a rien dit concrètement.

Par contre, l’inspecteur nous a accueillis et nous a écoutés. En fin de compte, on a compris que vraiment et l’inspecteur et le MENA (ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation), ils sont tous dans la même logique. C’est-à-dire que le concours se fera et on n’a pas accepté. On l’a dit devant les autorités de l’éducation », soutient Kanté Dinné Baillo.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :