Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Dialogue politique et social : les vérités de l’opposant Bah Baadicko

En matière de dialogue, la Guinée est vaccinée, les résultats sont connus. aucun dialogue n’a jamais produit un changement profond et réel

Le président du parti l’Union des Forces Démocratiques (UFD), Mamadou Baadicko Bah s’est prononcé ce samedi 22 mai à la nomination de l’ancien homme fort du général Lansana Conté, Fodé Bangoura au poste du secrétaire permanent du cadre de dialogue politique et social en Guinée. Le député a été joint au téléphone par votre quotidien Guineenews. Lisez sa réaction !

« Nous n’avons absolument aucun problème avec la personnalité du secrétaire permanent du dialogue politique et social. C’est quelqu’un qu’on connait et par ailleurs, nous travaillons ensemble dans le cabinet du chef de file de l’opposition. Ensuite, nous avons des relations dans l’arène politique avec lui. Tout ce que nous savons, c’est un grand commis de l’Etat, un grand administrateur et assez honnête.

Maintenant, il reste à savoir quelle latitude il aura pour mener ce dialogue politique et social, quelles sont les limites et la portée du dialogue politique et social. Toute la question est à ce niveau, à savoir est ce que ça va être tout ce que nous connaissons habituellement, déplorer tous les problèmes et prétendre avoir solution à tous les problèmes sur le papier après on revient au quotidien habituel. Tout le problème, quelle attitude il aura pour la portée du dialogue ?

Nous verrons l’étendue de ses prérogatives et surtout la portée réelle du dialogue politique et social. S’il s’agit de faire un catalogue de réformes, des choses qui ne seront jamais traduites dans les faits. En matière de dialogue, très malheureusement, la Guinée est vaccinée, les résultats sont connus, aucun dialogue n’a jamais produit un changement profond et réel. Le plus grand exemple, ce sont les forces vives de 2010, nous avons préparé un accord politique global pour encadrer la transition, il a été mis de côté au profit de trois petits feuillets de l’accord de Ouaga qui ont été rédigés par le Groupe International de contact, manipulé par Bernard Kouchener, au service du futur candidat aux présidentielles Alpha Condé et signés par trois putschistes à Ouagadougou (Burkina Faso). Cet accord politique global qui devait encadrer et orienter sérieusement la transition, n’a jamais été signé parce que tous les acteurs politiques n’en voulaient pas. C’est un exemple parmi tant d’autres».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...