Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Dialogue politique : Dr Faya Millimouno décrypte la « nouvelle » position de l’UFDG

La position de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principale formation politique de l’opposition, connaît une certaine évolution en ce qui concerne le dialogue politique. C’est l’avis de beaucoup d’observateurs dont Dr Faya Lansana Millimouno, président du Bloc Libéral.

De retour d’un long séjour aux Etats-Unis, l’opposant et candidat malheureux à la présidentielle de 2015 a pris part à l’émission « Sans Concession » de Guineenews ce vendredi 11 juin 2021. Parmi les sujets abordés, le dialogue politique en gestation, comme le commande l’actualité.

A propos, il a été donné à l’invité de donner son point de vue sur la posture de l’UFDG.  « Je crois que la position évolue », entame-t-il. Et Dr Faya de rappeler « qu’il y a des moments où on ne pouvait même pas parler de préalables ». Puis de noter « aujourd’hui ce sont des préalables qu’on parle ».

Avant de déduire que « donc ça veut dire que même à l’UFDG, il n’est pas désormais exclu parce que dès lors qu’on pose de conditions, c’est qu’on n’est plus contre qu’un dialogue puisse prendre place ».

Pour la suite, selon l’invité de Sans Concession « il reste désormais les efforts que les uns et les autres doivent faire » pour aller au dialogue.

Seulement, estime-t-il, « si cette évolution était intervenue plus tôt, on aurait pu obtenir déjà, la libération ne serait-ce que provisoire de nos amis qui auraient été mis probablement sous contrôle judiciaire ».

Pour rappel, dans une décision publiée cette semaine, le parti dirigé par Cellou Dalein Diallo invite ses membres à « s’abstenir de tout commentaire sur le sujet du dialogue politique et social tant que les cadres de l’UFDG et l’ANAD sont maintenus en prison ; les bâtiments abritant le siège et les bureaux du Parti sont fermés et occupés par les forces de défense et de sécurité; le président du Parti, son épouse et certains de ses proches seront privés arbitrairement de leurs droits et libertés de voyager ».

Pour clore sa lecture sur la question, Dr Faya dira que « je crois que la position actuelle de l’UFDG, elle n’est pas complètement une position de rejet catégorique du dialogue ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...