Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Dialogue politique, affaire 28 septembre : les propositions du forum des forces sociales

Fidèle à sa ligne de conduite depuis le début de la transition en cours, le forum des forces sociales de Guinée (FFSG) n’entend pas subir les événements. C’est ce que nous retenons d’un document intitulé «contribution additive en alerte au CNRD et aux acteurs de la vie publique autour du moratoire de la CEDEAO pour le 22 octobre prochain et la communication sur l’ouverture du procès du 28 septembre» dont Guineenews s’est procuré copie.
Dans cette contribution dite «citoyenne», le FFSG «invite le CNRD à mesurer sa responsabilité dans toutes ses dimensions avec une population qui souffre au quotidien des conséquences de la conduite non consensuelle de la transition, pour se mettre très rapidement en rapport avec le médiateur de la CEDEAO et les acteurs sociopolitiques du pays, notamment ceux opposés à la conduite de la transition, afin de s’accorder sur le format de dialogue inclusif et constructif pour un retour à l’ordre constitutionnel normal.»
Poursuivant, il déclare que «le choix des trois (3) facilitateurs nationaux dont le rôle reste la facilitation du travail au Médiateur de la CEDEAO, S/E Dr Thomas Boni YAYI, doit être paritaire (01 par le CNRD, 01 par Forces sociales et 01 par les Forces politiques du pays) …». Et que «le rôle des trois (3) cadres de l’administration (01 de la Primature, 01 du MATD & 01 des AE) reste administratif en appui au secrétariat de la médiation». Et d’ajouter que «le rôle et le nombre de représentants du G5 à la facilitation du dialogue, comme indiqué dans la contribution, restent selon le besoin en fonction du statut traditionnel de ces partenaires du pays ».
A propos de la médiation de la CEDEAO, le FFSG «salue la flexibilité de la communauté internationale à travers la CEDEAO à l’égard de la transition guinéenne et encourage le médiateur de la CEDEAO, S/E Dr Thomas Boni YAYI à faire de son mieux pour faciliter le rapprochement entre le CNRD et les acteurs sociopolitiques du pays, afin que les autorités de la transition puissent répondre aux attentes légitimes et légales de la communauté internationale avant le 22 octobre prochain». Il «invite l’ensemble des forces vives de la nation à user de façon responsable, dynamique et patriotique de tous les moyens légaux pour favoriser une conduite consensuelle de la transition vers un retour rapide à l’ordre constitutionnel normal».
Concernant le procès du 28 septembre, «…invite les guinéens (acteurs sociopolitiques et médias notamment) à une communication prudente et mesurée au juste besoin d’information et de transparence, dont le contraire pourrait avoir un effet préjudiciable à son cours normal». Cela, explique-t-il, en «prenant acte des efforts considérables des autorités de la transition pour l’ouverture du procès tant attendu du 28 septembre 2009, le Forum des Forces Sociales de Guinée (FFSG), (et) compte tenu de la fragilité de notre pays ».
Pour terminer, il «invite les acteurs de la vie publique à se focaliser sur la transition et les difficultés qu’éprouvent les guinéens au quotidien pour favoriser un retour rapide à l’ordre constitutionnel».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...