Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Détournements de fonds publics : Alpha Condé découvre une astuce des ministres

Des détournements des deniers publics se passent dans les départements ministériels. Le président Alpha Condé a découvert les démarches utilisées et rassure que toutes ces pratiques vont désormais prendre fin. Lors d’une rencontre avec des opérateurs économiques le 7 juillet dernier, il a d’abord affirmé que les nouvelles technologies vont favoriser le progrès en Guinée, avant d’ajouter que le plus important c’est le changement de mentalité qui, reconnaît-il, va être difficile a accepter : « Les nouvelles technologies vont nous permettre de faire énormément de progrès dans la maîtrise et dans le changement, mais le plus important c’est le changement de mentalité. Je sais que ça va être difficile à accepter parce que j’apprends que les ministres disent maintenant que les ministères sont devenus des monastères. Mais personne n’est obligée d’être ministre. S’il estime que c’est un monastère, il peut démissionner parce qu’évidemment, on confond le budget. Les ministères disent c’est dans mon budget ; mais le budget c’est une prévision. Si c’est dans votre budget et qu’il n’y ait pas de ressources vous ne pouvez pas….Qu’est-ce ce qui se passe ? Le ministre va prendre des billets dans une agence et puis on se retrouve à manger notre blé en herbe, c’est-à-dire on est en 2021, on paie les salariés de 2020. Tout cela est fini. »
Le président Alpha Condé interdit aux ministres de voyager sans programmer leur voyage au moins deux mois à l’avance :  « Tout voyage d’un ministre qui n’a pas été programmé deux ou trois mois avant n’aura pas lieu. Parce que tout débit, ils seront pris au niveau des compagnies. Quand vous prenez un billet deux ou trois mois avant ça vous coûte 30% moins cher au moins. Et dans ce cadre, le ministre va être représenté par notre ambassadeur là-bas. »
Il a ensuite parlé de l’astuce qu’utilise des ministres pour détourner des deniers publics:  » […] Et aussi le carburant c’était un trou. Les bons de carburant servaient à autre chose. On prend des bons de 20 mille on va à la station et on en sert 5 mille, et on se partage les 15 mille avec le pompiste. Tout cela c’est fini parce que désormais chaque mois le ministre met à la disposition un certain montant. Les ministres doivent savoir que le budget n’est qu’une prévision. Si c’est dans votre budget mais s’il n’y a pas de ressources en face  c’est-à-dire que ça ne se fera pas. »
Quand il n’y a pas d’argent, les ministres font recours à la planche à billets. Cette habitude, dit-il, va prendre fin. « Avec les mauvaises habitudes aussi du ministère de l’Économie et des Finances, quand il n’y a pas d’argent, on fait recours au découvert au niveau de la Banque centrale, c’est-à-dire la planche à billets. Et ce sont toutes les habitudes-là que nous allons combattre. Il ne s’agit pas de nous dire  le Fonds monétaire international accepte un plafond de 800 milliards. Non. On doit arriver à un plafond zéro. C’est-à-dire que nos dépenses doivent être faites à partir de nos recettes et non pas recourir aux découverts à la Banque centrale. »
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...