Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Dernière revue de presse  de 2022 : rapport du dialogue inter guinéen, sort des ex-dignitaires du régime Condé, fêtes de fin d’année…

Tels sont, entre autres, sujets qui ont occupé la Une des hebdomadaires guinéens pour leurs derniers numéros au compte de l’année 2022.

« Noël et réveillon : Tout est perturbé pour Konaté », barre à sa Une Le Populaire. L’hebdomadaire écrit que les fêtes de fin d’année sont sérieusement perturbées pour le président de la transition de 2010. Le général Sékouba Konaté alias Tigré, poursuit le journal, est accusé d’avoir pris une part active dans ce que le Capitaine Moussa Dadis Camara appelle devant le tribunal criminel de Dixinn « le complot » fomenté en 2009 pour massacrer les manifestants au stade du 28 septembre, rendre son régime infréquentable, et le chasser du pouvoir. Une commission rogatoire internationale a [donc] été décernée contre lui le 14 décembre 2022.

Sur ce dossier dit du 28 Septembre, Le Démocrate fait écho du souhait de l’Association des Victimes, Parents et Amis du 28 septembre (AVIPA) de voir les accusés coopérer pour la manifestation de la vérité. « Des fois, je ne sais pas s’il ne veut pas avancer (en parlant de Dadis), ou si c’est pour prendre du temps. Mais j’avoue qu’il n’y a pas de consistance. Dès fois c’est bon, dès fois il ne veut pas aller carrément aux faits.  Si toutefois il peut aller accepter de continuer et de rentrer carrément dans le fait des choses, ce serait vraiment très important », dit la présidente de l’AVIPA, Asmaou Diallo, dont les propos sont transcrits par Le Démocrate.

« Entre doute et espoir », titre La Lance sur la transition politique en cours. « Trois jours seulement nous séparent de l’année 2022 [le journal est paru mercredi 28 décembre]. Douze mois écoulés dans l’incertitude pour la transition. En dépit de la récente tenue d’un ‘’ dialogue inter-guinéen ‘’, avec 34 recommandations, c’est le statu quo. Nul ne peut dire quand notre transition prendra fin. Les nouvelles autorités ont pris des décisions courageuses : la tenue du procès sur la tragédie du 28 septembre 2009, la traque de la délinquance économique avec l’arrestation et l’incarcération de personnes soupçonnées de détournement de deniers publics. Mais le retour à l’ordre constitutionnel constitue une impérieuse nécessité pour les Guinéens… », écrit le journal qui estime qu’aussi longtemps que la transition durera le pays sera isolé.

Sur le dialogue inter-guinéen, Le Lynx parle de recommandations douces-amères. Le satirique écrit que le 21 décembre, a été remis au Prési du CNRD, le rapport sur le cadre de dialogue inter-guinéen, boudé par les opposants à la conduite de la transition. Le doc, constate Le Lynx, fait dégât dans la cité.

Toujours sur ce dialogue inter-guinéen, Le Démocrate relève quelques points saillants en barrant à sa Une « Age limite à 75 ans pour la présidentielle, 24 mois sans manifestations publiques ». Dans le même rapport, poursuit Le Démocrate, il est mentionné de maintenir « l’incompatibilité » de la fonction de Président de la République avec toutes autres fonctions électives ; exiger la nationalité guinéenne d’origine avec une résidence d’au moins 5 ans en Guinée avant la candidature ; maintenir le Président de l’Assemblée nationale comme intérimaire en cas de vacances du pouvoir ; prévoir l’organisation de l’élection présidentielle 90 jours en cas de vacance du pouvoir au lieu de 60 jours… « Après avoir reçu le document des facilitatrices, et comme un clin d’œil aux formations politiques absentes, le colonel Doumbouya a promis de continuer ‘’ à dialoguer ‘’ », écrit Le Démocrate.

« Résolutions du cadre du dialogue :  Le colonel Doumbouya créé le Comité national permanent et de suivi de sa mise en œuvre », barre L’indépendant du 29 décembre à sa petite Une.

L’Indépendant écrit aussi sur le cas des ex-dignitaires du régime Condé et titre qu’ils « attendront jusqu’au 10 janvier 2023 ». La Cour suprême, ayant renvoyé son verdict sur les demandes de libérations de Kassory Fofana, Lounceny Nabé, Oyé Guilavogui et Ibrahima Kourouma, à cette date.

Sur les fêtes de fin d’année, L’Indépendant écrit que la police nationale a mobilisé plus de 7900 agents. Le Démocrate écrit pour sa part que le gouvernorat a interdit les concerts de plages à Conakry. Une mesure qui ne laisse pas indifférent quelques opérateurs touristiques et culturels qui risquent de se voir coupés une partie de leurs revenus normalement en hausse durant cette période.

 

 

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...