Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Création du cadre de concertation: les mises en garde du président de GéCi

Il n’y a pas que des réactions d’appropriation à la création du cadre de concertation annoncée hier par la junte au pouvoir. Bien au contraire, surtout chez les politiques. En témoigne cette position du président du parti GECI (Génération Citoyenne) sur le sujet.

En tout cas, Dr Fodé Mohamed Soumah a déclaré à Guinéenews que tout lui fait croire qu’il y a autour du pouvoir décisionnaire des gens qui ont un agenda autre que celui du Président de la transition et des intérêts de la Guinée.

Cela dit, l’ancien député a rappelé qu’il y a eu des concertations nationales, suivies de la mise en place du CNT et des Assises en cours. Avant de s’interroger si « les corporations autres que les partis politiques n’y sont-elles pas suffisamment représentées, pourquoi les associer encore au cadre de dialogue réclamé uniquement par les Partis depuis un bon moment ? »

En tout cas, estime-il, « la répétition étant pédagogique, il faut préciser que la transition est éminemment politique et qu’elle s’achèvera avec des élections où seuls les partis politiques seront en compétition ».

Poursuivant et tout en mettant en garde, M. Soumah, indique: « la pression de la CEDEAO et les manœuvres pour diviser encore une fois la classe politique avec un seul représentant par coalition ne sont pas la panacée… Une transition réussie ne se limite pas à des vœux pieux. Mais la démarche devrait être novatrice et soutenue pour nous mener au résultat salvateur souhaité par tous. »

Dans la même logique, « la classe politique a intérêt à ne pas s’associer à tout ce qui ne concerne pas directement et concrètement les tenants et aboutissants du retour à l’ordre constitutionnel, avec pour seuls acteurs les autorités et les coalitions politiques représentatives », précise-t-il. Avertissant que « ceux qui pensent que c’est au moment où les carottes seront cuites qu’il faut appeler à des manifestations pacifiques se trompent de combat, car tout sera déjà plié avec des faire-valoir. » D’insister « qu’il faut agir ici et maintenant pour ne pas être en réaction. »

Par ailleurs, a conclu le président de la GéCi en ces termes : « au demeurant, c’est au Président de la transition, comme il vient de rétablir son autorité face à la cacophonie au plus haut sommet de l’Etat, de garder la main sur tout ce qui pourrait lui porter préjudice, face à ce climat délétère qui se détériore de plus en plus. »

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :