Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Conseil des ministres à Labé : deux membres du gouvernement restent très attendus

Après N’zérékoré et Kankan, la ville de Labé abrite à son tour le Conseil des ministres délocalisé à l’occasion de la tournée d’immersion des membres du gouvernement à l’intérieur du pays depuis plus de deux semaines. Si l’événement ne suscite pas assez d’enthousiasme au niveau des populations, ces dernières ont une attente particulière avec le ministre Yaya Sow des Infrastructures et Transports et son collègue Ibrahima Abé Sylla, de l’Energie et de l’Hydraulique

Le Secrétaire général adjoint du syndicat des transports, interrogé par Guineenews déclare : «qu’en ce qui nous concerne, c’est le ministre des Transports que nous cherchons à rencontrer. Mais, nous n’en avons pas eu la possibilité encore ». Et Chérif Haïdara d’expliquer que «nous souhaitons  rencontrer le ministre pour lui poser nos doléances concernant le mauvais état des routes et la sécurité des transporteurs, particulièrement les coupeurs des routes. Nous voulons profiter de la présence du ministre, parce que quand nous parlons aux responsables préfectoraux ou de la région, c’est au ministre qu’ils rendent compte».

Sur la route Labé-Sénégal, «il y a une partie (25 km non bitumés) au niveau de Bantala, après la localité de Thianguel Bory. Nous souhaitons que le gouvernement nous aide à améliorer cette partie. A défaut du goudron, qu’il nous aide à faire une piste », plaide-t-il.

L’attente, c’est aussi dans le secteur de l’Energie et de l’Eau. La desserte en eau et en électricité est quasi inexistante ces derniers temps à Labé. Un jeune  approché au quartier mairie, non loin du lycée Hoggo Mbouro, n’a pas souhaité de faire interviewer. En off, esquissant un sourire, il déclare que «c’est Abé Sylla qui nous intéresse». Ce qui peut être compréhensible, car selon nos constats, depuis dimanche, les populations de Labé ont eu le courant moins de 3 heures en tout. Un peu plus de deux heures à la mi-journée le dimanche et moins de 15 minutes mardi.

La desserte en eau laisse également à désirer. M. Barry, résident au quartier Ndiolou, dans la proche banlieue de Labé, dénonce la rareté de l’eau qui arrive à la pompe au gré du hasard. Sans oublier la mauvaise qualité de l’eau de la SEG. «L’eau est trouble et souvent elle sent mauvais. Tu ne peux même pas faire les ablutions avec, à plus forte raison boire», dénonce-t-il.

Des attentes tout à fait légitime, surtout que la tournée d’immersion du gouvernement s’explique par la volonté de ce dernier de se frotter aux populations pour connaître les préoccupations en vue d’y apporter des réponses…

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :