Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Conakry : L’AVCB célèbre les « Héroïnes » de la Guinée

La 3ème génération de l’Association des victimes des camps Boiro (AVCB), en marge du mois de mars appelé mois de la femme, a organisé une cérémonie à l’honneur des femmes victimes du premier régime, qu’elle a appelées « les Héroïnes de la Guinée ».

La célébration par cette 3ème génération ces femmes, est motivée par le courage qu’ont eu ces femmes malgré les souffrances qu’elles ont subi sous le régime d’Ahmed Sékou qui a arrêté, puis exécuté leurs époux. « Ils ont voulu nous éteindre, ils n’ont pas pu. Nous avons encore des hauts cadres parmi nous. Des cadres qui ont des compétences pour encore être des ressources humaines exceptionnelles dans ce pays. Ça c’est grâce nos mamans », a affirmé Abdoulaye Conté, président de l’AVCB, avant de revenir la célébration : « On a voulu, pour la première fois, aujourd’hui profiter du mois de la femme pour honorer nos mamans, nos épouses, les victimes du camp Boiro. Ces femmes qui ont tant souffert, qui se sont illustrées par leur acharnement en termes de courage à vouloir, malgré ce qu’elles ont subi, donner une éducation à leurs enfants au prix d’énormes sacrifices. C’est ce qu’on a voulu aujourd’hui récompenser, honorer, faire en sorte que 30 femmes encore vivantes, qui sont les épouses de ces victimes-là puissent être reconnues, honorées. »

Plus loin, il demande au CNRD de réhabiliter les victimes des camps Boiro : « Ce que nous demandons, c’est la réhabilitation des victimes. C’est la réconciliation. »

Sur la même lancée, Dr Ramata Taran, fille d’une victime, demande aux autorités de la Transition d’ouvrir le dossier du camp Boiro : « Il faut qu’il y ait enfin la vérité en Guinée. De 1958 à maintenant on continuer d’assassiner des Guinéens. Et les mêmes causes produisant les mêmes effets, il y a le 4 juillet (1985), le 28 septembre, les assassinats lors des manifestations politiques. Tout ça c’est parce que le dossier du camp Boiro n’a pas été ouvert. Il n’y a pas de problèmes entre les Guinéens. Il y a toujours eu problèmes entre les gouvernants guinéens et les populations. Donc si le CNRD aime ce peuple, il n’a qu’à ouvrir ce dossier. »

 

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :